AccueilEconomieLa Varappe : « Nous souhaitons aider les entreprises à être plus inclusives »

La Varappe : « Nous souhaitons aider les entreprises à être plus inclusives »

En 30 ans, La Varappe a permis à près de 100 000 personnes de retrouver un emploi. L’entreprise aubagnaise souhaite aller plus loin pour que le business social devienne la norme. Explication avec son président, Laurent Laïk.
Laurent Laïk, président de La Varappe, à Aubagne.
Crespeau - Laurent Laïk, président de La Varappe, à Aubagne.

Economie Publié le , Propos recueillis par Caroline DUPUY

Les Nouvelles Publications : Vous venez de fêter vos 30 ans au service de l’inclusion. Comment s’est passée cette journée ?

Laurent Laïk: La Varappe a convié ses partenaires et ses collaborateurs le 22 septembre dernier au Stade Orange Vélodrome, à Marseille. Un évènement pour célébrer notre anniversaire et faire le point sur l’état de l’inclusion aujourd’hui. Avec un objectif clair : construire l’avenir, le futur.

Vous aviez invité pas mal de monde à cette journée d'anniversaire ...

Cet événement a rassemblé beaucoup d’acteurs. Et notamment Jean-Christophe Combe, ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées en clôture des débats. A également été diffusée une interview d’Olivier Dussopt, le ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion. Au final, plus de 1 000 personnes étaient présentes du monde politique et associatif. Mais aussi du monde économique (entrepreneurs, syndicats patronaux etc.) Nous ne percevons pas l’inclusion en dehors du monde économique. L’inclusion, selon nous, c’est la performance de demain. C’est peut-être une utopie mais nous faisons tout pour qu’elle devienne réalité. Pour ce faire, nous devons sortir d’une logique de niche d’activité réservée à quelques spécialistes de "l’économie de la réparation" pour proposer un projet tourné vers les métiers de demain notamment ceux de la transition écologique et du soin, vers l’accompagnement de demain pour aller vers les personnes les plus vulnérables.

Est-ce que l’inclusion intéresse-t-elle de nos jours ?

Oui. Le monde économique, les entreprises sont ouverts sur ce sujet, qu’il s’agisse de bonnes ou de mauvaises raisons. Les problèmes de recrutement concernent tout le monde. Et participer à la transition écologique est une nécessité également. Le terreau est donc favorable. Il y a de vrais besoins, de nouveaux métiers et nous savons former les bonnes personnes à ces postes. Et nous sommes aussi organisés pour y arriver ! L'Etat joue aussi son rôle de facilitateur de l’inclusion en aidant les entreprises de l’inclusion à croître.

Alexandre Fassi : « 85 % des entreprises de moins de 50 salariés n’ont pas de compétences RH »

Parlez-nous de vous, de votre organisation...

La Varappe est un groupe innovant d’entreprises d’insertion dont la raison d’être est de permettre à chacun de jouer son rôle dans la société. Nous gardons ce cap depuis 30 ans. Nous sommes organisés en quatre pôles d'activité : environnement (la gestion des déchets) ; l'éco-construction (construction assemblée en container maritime) ; ressources et compétences (agences d’emploi qui révèlent les talents) et santé (s’occuper des personnes vulnérables). La Varappe est née à Aubagne et est aujourd’hui présente dans toutes les régions de l’Hexagone mais aussi en Outre-Mer. Forte de ses domaines d’expertise et de sa vingtaine de filiales, La Varappe enregistre un chiffre d’affaires de 65 M€ en 2021. Et prévoit 80 M€ pour 2022. Le groupe accompagne 100 000 personnes et recense 9 000 personnes salariées. Elle annonce 120 000 heures de formation.

Quelles sont vos ambitions pour les années à venir ?

Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour atteindre nos objectifs, nos axes de développement. Selon nous, l’accompagnement de demain doit toucher les personnes les plus éloignées. Il faut aller vers elles, dans les territoires. Il convient de tout mettre en place pour y arriver. Il est également primordial de déterminer les métiers de demain et d’inscrire les candidats sur ces métiers. Enfin, il est nécessaire d’amener les entreprises classiques à faire de l’inclusion. Pour que l’inclusion soit la norme et non la marge.

Que proposez-vous pour aider les entreprises ?

Nous souhaitons développer des partenariats, fonctionner en mode coopératif. Nous disons à nos partenaires de nous rejoindre pour faire du business ensemble. Nous allons les aider à être plus inclusifs.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?