AccueilEconomieLa start-up La Fabrique du pourboire cherche des partenaires

La start-up La Fabrique du pourboire cherche des partenaires

La Fabrique du pourboire, jeune start-up aixoise lancée en décembre 2022, espère convaincre d’ici un an un millier d’adresses de passer au pourboire 2.0. Coiffure, restauration, culture… des domaines encore nombreux où cette tradition reste la norme.
Raphaël Heiries est co-fondateur de La Fabrique des pourboires et entame en ce moment sa première levée de fonds.
D.R. - Raphaël Heiries est co-fondateur de La Fabrique des pourboires et entame en ce moment sa première levée de fonds.

Economie Publié le , Propos recueillis par Alexandra ZILBERMANN

Les Nouvelles Publications : Avec qui avez-vous monté l'application La Fabrique du pourboire et en quoi consiste-t-elle ?

Raphaël Heiries : Je l’ai créée avec mon associé et développeur Kevin Hoarau. La Fabrique des pourboires est une plateforme 100 % gratuite. Elle permet à tous les métiers de service de recevoir des pourboires digitaux en quelques secondes, et ça, directement sur leur compte en banque. Pour les clients, c’est simple à utiliser il n’y a pas d’application à installer.

Comment vous est venue l’idée de créer cette plateforme ?

J’ai eu cette idée pour répondre aux problématiques liées aux métiers de service où je sais combien on est sensible au pourboire : je suis moi-même un ancien coiffeur. Plus jeune, j’ai déjà été homme de ménage et manutentionnaire. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis retrouvé sans monnaie pour laisser un pourboire. Un grand nombre de métiers dits "à pourboires" sont victimes d’une baisse de 50 % au niveau national de cet usage depuis plusieurs années.

Quelle est votre cible ?

Du serveur au garagiste ou coiffeur, en passant par femme/homme de ménage, taxi, poseur de vitre, peintre en bâtiment, les salles de concert… Je rêve même de rentrer chez Boulanger ou Darty pour que leurs clients, quand ils sont contents du conseil apporté, puissent eux aussi, laisser un pourboire au vendeur qui s’est occupé d’eux.

Comment ça marche La Fabrique des pourboires ?

Pour les entreprises, il suffit d’inscrire son établissement et ses employés et de se servir de la communication personnalisée, mise à disposition gratuitement. Les employés reçoivent un mail de confirmation, se connectent à leur compte et ajoutent leur IBAN. Cinq minutes plus tard, ils peuvent déjà recevoir leur premier pourboire ! Nous avons lancé la plateforme il y a très peu de temps et nous n’avons pour l’heure que quelques adresses qui nous font confiance. Mais d’ici un an, j’espère en avoir un millier !

Et du côté client, comment laisser un pourboire numérique ?

Il suffit de scanner un QR code pour laisser quelques euros en cinq secondes. L’avantage, c’est de pouvoir aussi en verser à posteriori, quand on le souhaite. Nous récompensons aussi le bouche à oreille avec notre programme d’ambassadeur affilié. Nous reversons notamment 10 % de nos gains pendant six mois pour chaque personne qui inscrit son coiffeur ou ami qui a un établissement, grâce à son code ambassadeur.

Quel est l’avantage pour le salon de coiffure ou le restaurant ?

Cela permet d’économiser entre 10 et 20 % de TVA selon l’activité et surtout, l’employeur n’a plus à gérer les pourboires au niveau de la fiche de paie et de la comptabilité.

Quel est votre modèle économique pour que ce soit rentable ?

Nous prélevons 10 % de la valeur du pourboire au moment du paiement pour assurer le développent, la communication intégrée et pour couvrir certains frais bancaires, que nous prenons à notre charge.

Allez-vous vous appuyer sur les fédérations professionnelles pour gagner en notoriété ?

J’y travaille. Je viens de rencontrer l’Umih 13 (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie). Il est bien sûr important pour nous de nous appuyer sur les réseaux professionnels pour faire connaître notre innovation.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 février 2023

Journal du03 février 2023

Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?