Fermer la publicité

La question du genre, signature de Pourquoi Princesse

le - - Economie

La question du genre, signature de Pourquoi Princesse
D.R. - « Créer un monde sans limites où les filles et les garçons peuvent atteindre leur potentiel maximal quel que soit leur genre », tel est le message de la marque portée par Laura Drewett (à gauche) et Murielle Sitruk.

Cette jeune marque marseillaise de prêt-à-porter pour enfants coche toutes les cases de l'entreprise engagée : sur le sens de son message, sur l'éthique de sa production et avec sa communauté. Laura Drewett, cofondatrice avec Murielle Sitruk, nous en dit plus sur le lancement de Pourquoi Princesse.

Pourquoi Princesse est née de l'envie de deux jeunes mamans de permettre à leurs filles de grandir « avec l'idée qu'elles peuvent accomplir tout ce qu'elles veulent », explique Laura Drewett, cofondatrice de la marque avec Murielle Sitruk. « Stimuler la confiance en soi, faire tomber les barrières et les stéréotypes sont autant de combats importants pour nous. »

Mais la marque s'adresse aussi aux petits garçons, à qui elle fait porter l'explicite t-shirt « I am a feminist ! And you ? Whats's your super power ? » (ce qui signifie : « Je suis un féministe ! Et toi ? C'est quoi ton super pouvoir ? »).

Egalité fille/garçon

Grâce à une campagne Ulule d'un mois fin 2020, la marque espérait financer la production de 150 produits. Un challenge dépassé haut la main, puisqu'elle a finalement pu en produire 450. Les trois modèles phares sont une combinaison de pilote et deux robes imprimées de dinosaures et de constellations. Là où Pourquoi Princesse a tout bon, c'est qu'elle a immédiatement impliqué les internautes dans sa démarche, en leur envoyant un questionnaire sur leurs goûts et leurs attentes. Les prochains modèles 2021 seront réalisés eux aussi en fonction de leurs retours. Un mailing est en cours. « Tout est fait en co-création avec notre communauté. Mais cela va bien au-delà, car nous avons un blog et nous projetons cette année de lancer des formats vidéo pour répondre à des questions sociétales que les parents nous envoient chaque semaine via nos réseaux sociaux », détaille Laura Drewett.

Faire sens et rester éthique avec des « produits pour enfants non fabriqués par des enfants », tel est le credo de Pourquoi Princesse qui se sent investie d'une mission de réflexion autour de l'égalité fille/garçon. D'ailleurs, en plus de sa production textile, la marque vend déjà un livre « Je peux être pilote », des tatouages éphémères qui cassent les codes et d'ici quelques mois, elle prévoit le lancement d'un coffret d'accessoires non genrés. « Nous voulons accompagner les parents dans une démarche égalitaire. »

Le développement à venir

Comme beaucoup de nouvelles marques, en faisant appel à une plateforme participative et aux pré-commandes, Pourquoi Princesse limite ses investissements pour la production textile. « Nous veillons ainsi à réduire les pertes de l'entreprise bien sûr, mais nous nous incluons ainsi dans un mode de développement durable, sans invendu », ajoute Laura Drewett. Pour autant, elle pense déjà à être diffusée en boutique et travaille actuellement sur une levée de fonds, qui permettrait à ses deux associées de se dégager aussi un salaire. Avec une mise de départ de 15 000 €, l'entreprise a déjà convaincu un troisième associé (qui ne souhaite pas se faire connaître) d'entrer dans l'aventure.

Déjà rentable, Pourquoi Princesse reste pour autant discrète sur son business plan et son chiffre d'affaires visé pour les années à venir. En revanche, ce que l'on sait déjà, c'est que Laura Drewett étant franco-américaine, la marque compte bien pénétrer le marché outre-Atlantique d'ici quelques temps. Son modèle économique et son positionnement sociétal, que l'on pourrait résumer en une phrase : « Les filles peuvent être tout ce qu'elles veulent », devraient lui permettre d'atteindre ses objectifs.




Alexandra Zilbermann
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer