AccueilEconomie« La Jeune Chambre économique de Marseille fédère la voix de la jeunesse »

« La Jeune Chambre économique de Marseille fédère la voix de la jeunesse »

Lisa Martens vient d’être élue à la tête de la Jeune Chambre économique de Marseille. Passionnée et engagée, cette communicante pétillante nous livre ses ambitions pour ce réseau de jeunes leaders citoyens.
« La Jeune Chambre économique de Marseille fédère la voix de la jeunesse »
Robert Poulain - Lisa Martens vient d’être élue à la tête de la Jeune Chambre économique de Marseille.

Economie Publié le , Propos recueillis par Caroline Dupuy

Les Nouvelles Publications : Qu’est-ce qui a motivé votre choix de postuler à la tête de la JCEM ?
Lisa Martens : Diplômée de Kedge Business School et d’Aix-Marseille Université, je suis depuis toujours passionnée par les projets d’envergure, les défis. Depuis trois ans, je suis chef d’entreprise. J’accompagne mes clients dans leur stratégie de communication et d’influence. Cela ne m’empêche pas, bien au contraire, d’être engagée au sein de diverses associations à Marseille. Je connais depuis que j’ai 18 ans la JCEM. Mais, jusqu’à récemment, je ne trouvais pas de sens à intégrer ce réseau. Une fois mes études terminées, et mes premiers pas d’entrepreneur effectués, j’ai redécouvert la JCEM. Il y a trois ans, j’ai ressenti le besoin de me former pour devenir un leader citoyen. Après deux ans, en tant que secrétaire générale, j’ai le plaisir d’être la nouvelle présidente élue de la Jeune Chambre économique de Marseille. Mon mandat a commencé en janvier.

Comment définissez-vous la JCEM ?
C’est une association reconnue d’utilité publique qui existe dans le monde entier (avec des déclinaisons régionales et locales). Elle réunit des jeunes de 18 à 40 ans, quels que soient leur situation professionnelle et leur milieu socio-économique. Son objectif est de réunir de jeunes citoyens, afin de faire émerger des projets innovants d’intérêt général, au bénéfice du territoire. L’association souhaite aussi former ses bénévoles pour devenir des acteurs du changement, des leaders citoyens. Avec un objectif clair : agir pour un monde meilleur. Nos projets locaux répondent ainsi aux enjeux du programme de développement durable de l’ONU pour 2030, articulé autour de 17 objectifs ou global goals, en anglais. Parmi eux : éradication de la pauvreté, réduction des inégalités, lutte contre le changement climatique, accès à des emplois décents…

La JCEM est un réseau « business » ?
A la JCEM, nous ne parlons ni de politique, ni de religion et nous n’échangeons pas nos cartes de visite. Ce n’est pas le but de faire du business. Nous sortons de notre cadre professionnel, du quotidien pour réfléchir différemment, s’ouvrir et être utile. Nous nous formons au moins trois fois par an, au leadership, au management, à la conduite de réunion, etc. Avec 3 000 jeunes citoyens actifs en France, cette organisation constitue le premier réseau de jeunes citoyens qui offre une démarche active pour contribuer au progrès de la société.

Parlez-nous de vos objectifs en tant que présidente de la JCEM.
L’année 2021 a été une année singulière pour nous tous. Elle nous a permis de comprendre que les valeurs humaines, la voix de la jeunesse, l’engagement social et citoyen sont des éléments d’une importance capitale. Je souhaite que 2022 soit rythmée par des actions, des formations, des réunions, des échanges, de la convivialité et du partage pour nos adhérents. Notre mouvement n’a pas su s’adapter à la Covid : nos membres veulent se rencontrer et nos événements ne fonctionnent pas à distance. Nous devons trouver la solution pour exister en cas de prolongement de la crise sanitaire. « Soyons l’avenir », tel est le nom de mon programme, qui se décline en trois axes : fédérer, rayonner et agir. Ils reprennent les piliers de notre mouvement.

Quelles seront vos actions ?
Concrètement, nous devons nous fédérer. Je pense à nos membres, mais aussi aux anciens qui nous suivent avec le statut de sénateur, dans un but de peser plus. Il faut aussi donner envie à la nouvelle génération de s’engager et d’entreprendre. Cela permettra, dans un second temps, de redonner à la JCEM sa place en tant que voix de la jeunesse. Pour ce faire, nous envisageons de mettre en place des partenariats inter-associations, des échanges avec les acteurs (non politisés) de notre territoire. Et pour agir pour la Cité, nous allons rejoindre des événements qui sont en lien avec nos thématiques et avec les thématiques qui passionnent nos membres. La JCE s’adresse certes aux jeunes, mais sur des sujets qui intéressent d’autres mouvements et institutions. A titre d’exemple, nous allons nous rapprocher de l’Epopée, dans les quartiers nord de Marseille. Nous sommes proches de ce lieu et de ses aspirations qui visent à repenser les façons d’apprendre. Les sujets concernant l’emploi, l’économie et ceux touchant au développement durable auront toute notre attention.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 14 janvier 2022

Journal du14 janvier 2022

Journal du 07 janvier 2022

Journal du07 janvier 2022

Journal du 31 décembre 2021

Journal du31 décembre 2021

Journal du 24 décembre 2021

Journal du24 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?