AccueilEconomieProvence-Alpes-Côte d'Azur : la filière aéronautique fait décoller sa résilience

Provence-Alpes-Côte d'Azur : la filière aéronautique fait décoller sa résilience

La filière aéronautique régionale repart de l’avant avec de nombreux projets visant à préparer les technologies du futur, notamment pour les drones ou la défense.
Provence-Alpes-Côte d'Azur : la filière aéronautique fait décoller sa résilience
J.-C. Barla - Le C2RD permet de tester des drones dans une multitude de configurations pour s’assurer de leur sécurité.

Economie Publié le ,

Depuis plusieurs mois, les professionnels de l’aéronautique jouaient profil bas, déboussolés par les conséquences de la pandémie alors que fin 2019, le secteur semblait promis à une croissance continue. Mais en cet automne 2021, les acteurs de la filière en Provence-Alpes-Côte d’Azur affichent leur détermination à conforter les infrastructures qui l’aideront à rebondir plus vite.

Le 8 novembre, à Pourrières (Var), le Centre régional de ressource drone (C2RD) signait une convention de partenariat avec le pôle de compétitivité Safe Cluster* et le Club Sud Drone, initié en 2019 par la Région. Le lendemain, sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence, Safe Cluster accueillait, en collaboration avec Air & Cosmos et l’Armée de l’air et de l’espace, le salon Aérosud, consacré aux marchés de demain sur l’aéronautique, le spatial et la défense. Les annonces y ont été nombreuses alors que le même jour, Airbus Helicopters démontrait sa capacité à faire voler un H225 avec un carburant 100 % durable, sans kérosène…

Airbus Helicotpers fait le plein de commandes à Heli-Expo 2020

Plus de perspectives pour les drones

Imaginé voici 14 ans comme « Centre d’études et d’essais pour modèles autonomes » (CEEMA) par Moustafa Kasbari, devenu en 2020, « Centre régional de ressource drone » (C2RD), le site du domaine du Planet à Pourrières combine les activités dédiées aux tests et essais de drones et un accueil mêlant loisirs, événementiel, centre d’affaires, hébergement, pour asseoir son modèle économique. Le lieu de 85 hectares, bien isolé, doté d’une piste de 300 mètres, d’un petit étang, de salles de formation, bénéficie d’une autorisation de vol permanente sur une zone d’un kilomètre et jusqu’à 760 mètres d’altitude, qui permet aux entreprises, sous la supervision de l’exploitant Atechsys, d’y expérimenter leurs solutions et technologies dans une optique « multi-milieux », mer, terre, air.

« Quatre millions d’euros ont été investis pour développer le site, explique Moustafa Kasbari, président d’Atechsys. Nous achevons la construction d’une grande halle d’essais indoor de 16 mètres de haut, pour 350 000 euros, nous prévoyons 20 chalets supplémentaires, une salle de 400 m2 pour de l’événementiel, des capacités pour les start-up et les entreprises… Rien n’aurait pu voir le jour sans le soutien de la communauté d’agglomération Provence Verte, de l’Etablissement public foncier régional qui a racheté les terrains… Notre objectif est de rendre le site encore plus transverse. »

Pour la directrice, Laurence Zimmermann, « il est possible de mettre en œuvre ici, avec une grande réactivité et souplesse, tous types de scenarii possibles pour des essais. Le groupe La Poste y a expérimenté la livraison de colis par drones avec une ligne pilote, mais tout est imaginable, même pour des petites sociétés. Nous négocions l’ouverture de deux zones autorisées supplémentaires. » Le directeur de Safe Cluster, André Soulage, souligne l’intérêt de ce cadre privilégié pour éprouver la sécurité des drones sans laquelle il ne peut y avoir de marché. « Le C2RD peut vraiment devenir un centre de différenciation pour la région de niveau européen » dit-il.

Le 6 octobre dernier, le centre a supervisé l’organisation, à Hyères (Var), sur le plan d’eau de Port Pothuau, de diverses démonstrations en situation réelle de solutions de trois consortiums (Seaowl, ECA Group, Marine Tech) réunissant 17 entreprises et associant drones de surface, aériens et sous-marins, et systèmes de détection de menaces. Pour Bernard Kleynhoff, président de RisingSud, l’agence de développement économique de la Région, « ces technologies sont stratégiques pour notre territoire, sur les plans civil et militaire. Nous pouvons devenir premiers dans le domaine. » Le Club Sud Drone a lancé l’étude de faisabilité d’un centre d’essais de drones en mer. Ses conclusions seront rendues au premier trimestre 2022.

RisingSUD élargit (grandement) sa gouvernance

Coopérations duales défense et civiles

Lors d’Aérosud, c’est la création du pôle NovAero qui a été annoncée pour démultiplier la recherche et développement collaborative en matière de sécurité aérienne, interface hommes-systèmes complexes, hélicoptères, drones, aéronefs plus légers que l’air, connectivité, formation et gestion de crise majeure. L’initiative associe la DGA Essais en vol**, Safe Cluster, l’Ecole de l’air et de l’espace de Salon-de-Provence et d’autres établissements militaires***. « NovAero doit permettre d’accélérer la mise à disposition de solutions innovantes pour les armées », explique l’ingénieur général de l’armement, Arvind Badrinath, directeur de DGA Essais en vol. « Nous espérons inciter des sociétés du monde civil à adresser le secteur défense, NovAero sera leur relais pour avoir connaissance des besoins des forces armées en Provence-Alpes-Côte d’Azur », ajoute le colonel Sébastien Fontaine, chef de pôle Innovation ouverte de l’Agence de l’innovation de défense. Un site Internet est ouvert pour soumettre des projets innovants ou repérer les appels à manifestation d’intérêt.

Tommasi déploie ses ailes pour l'aéronautique du futur

A Salon-de-Provence, de nouvelles infrastructures devraient émerger dans et autour de la base 701, avec la Plateforme d’innovation aéronautique et spatiale (PIAS), conçue comme « une communauté d’innovation civilo-militaire » au service du développement local, avec des plateaux techniques, des outils de simulation, de réalité virtuelle et augmentée… Elle reposera sur quatre piliers : formation, recherche, innovation et industrie, ainsi que l’a détaillé le commandant de la base aérienne 701 et directrice générale de l’Ecole de l’air et de l’espace, Dominique Arbiol. « C’est un projet phare pour l’école », assure-t-elle. PIAS pourrait se déployer sur plusieurs milliers de mètres carrés à Salon-de-Provence. L’échéancier et les investissements nécessaires seront précisés ultérieurement. 

* Security and Aerospace actors for the Future of Earth (Safe) est un pôle de compétitivité positionné sur les filières aéronautique et spatial, sécurité et sûreté, défense et environnement (risques et résilience), implanté sur les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes.
** Administration rattachée à la Direction générale de l’armement.
*** Atelier industriel de l’aéronautique de Cuers-Pierrefeu (AIA-CP), Etat-major de la force de l’aéronautique navale, Centre d’expertise aérienne militaire (CEAM), Centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale, Ecole de l’aviation légère de l’armée de terre (EALAT) et Groupement aéromobilité de la section technique de l’armée de terre (Gamstat).

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?