AccueilEconomieLe fabricant de yaourts La Fermière accroît son engagement pour la filière lait des Alpes

Le fabricant de yaourts La Fermière accroît son engagement pour la filière lait des Alpes

Implanté à Aubagne, le fabricant de yaourts et desserts La Fermière construit une nouvelle usine à Gap pour début 2023. Dans le même temps, il renforce ses liens avec des producteurs de lait des Hautes-Alpes et de l’Isère.
Le fabricant de yaourts La Fermière accroît son engagement pour la filière lait des Alpes
Justine Hern - Cette nouvelle usine de Gap sera « un plus énorme pour les producteurs » estime le PDG de La Fermière, Jean-Jacques Tarpinian.

Economie Publié le ,

Au 1er trimestre 2023, le fabricant de yaourts et desserts La Fermière devrait pouvoir compter sur sa nouvelle unité en construction à Gap, pour un investissement de 7 millions d’euros. Légèrement retardé en raison de difficultés d’approvisionnement de matériaux, le projet ne pourra donc pas, à quelques semaines près, être inauguré durant l’année des 70 ans de l’entreprise basée à Aubagne.

Mais son PDG, Jean-Jacques Tarpinian, qui a repris l’entreprise voici 20 ans, met tout en place pour maximiser l’impact de sa mise en service. « Nous transformerons sur place la matière première en produit fini, au plus près des départements sur lesquels le lait a été collecté, les Hautes-Alpes et le sud de l’Isère. Pour les producteurs, ce sera un plus énorme. Nous voulons valoriser leur qualité de travail, stimuler leur production, donner à leur activité une visibilité dans le temps, en les accompagnant financièrement et humainement, pas seulement avec un prix d’achat du lait équitable sur cinq ans, mais sur leurs problématiques de développement, de transmission, d’installation de jeunes agriculteurs… Ce projet global fait sens avec notre manière de réfléchir la croissance de La Fermière. »

2020, un tournant pour La Fermière

Embauches à la clé

Aujourd’hui, 32 producteurs sont entrés dans la démarche, rassemblés dans une organisation baptisée "Lait des Alpes". Ils pourront être encore plus demain. « Nous ne prospectons pas, ni ne fixons d’objectif de nombre à atteindre, poursuit le dirigeant. Nous prenons ceux qui nous le demandent, en plus des adhérents déjà dans des coopératives, parce qu’ils veulent s’impliquer, promouvoir les productions alpines, s’inscrire dans la durée à nos côtés, dans une relation plus directe, sur le bien-être animal, le respect de l’environnement... »

La future unité pourra traiter 8,5 millions de litres de lait. Une quinzaine de personnes sera affectée à son fonctionnement. Le processus d’embauche devrait débuter en septembre. La Fermière se dote ainsi d’une chaîne d’approvisionnement solide et structurée pour poursuivre son expansion. En 2021, le chiffre d’affaires a approché les 50 millions d’euros, en hausse de 10 %, selon Jean-Jacques Tarpinian. Employant plus de 160 personnes, elle a ouvert une vingtaine de postes au recrutement.

Contexte mouvant

Aux Etats-Unis, l’entreprise enregistre également un essor important. Là-bas, elle travaille en partenariat avec un seul (mais gros) producteur de lait. Son rythme de croissance sur le pays avoisine les 50 % par an. A l’international, si le conflit entre la Russie et l’Ukraine ne pèse pas sur ses ventes, la PME ayant cessé d’y exporter, les soubresauts des marchés mondiaux sur l’énergie ou les matières premières s’avèrent, eux, plus difficiles à appréhender : « Ils sont très volatiles, nous essayons de conserver la tête froide. Nous estimons que les surcoûts devraient néanmoins être supérieurs de 20 %… ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?