Fermer la publicité

La CPME 13 demande la poursuite des mesures de soutien

le - - Economie

La CPME 13 demande la poursuite des mesures de soutien
F. Delmonte - La président de la CPME 13 répond en direct aux questions des entrepreneurs sur Facebook.

Présidée depuis un peu plus d'un mois par Corinne Innesti, la CPME 13 fait des propositions pour aider les petites et moyennes entreprises à faire face à l'après-confinement.

Pour Corinne Innesti, présidente de la CPME 13 (Confédération des petites et moyennes entreprises des Bouches-du-Rhône), élue un peu avant la crise sanitaire pour succéder à Alain Gargani, il faut être réaliste : « L'activité ne reprendra pas tout de suite comme avant ». Aussi demande-t-elle que les mesures de soutien aux entreprises se poursuivent après le déconfinement. « Les entreprises impactées doivent pouvoir maintenir le chômage partiel et bénéficier de l'annulation des charges sociales et fiscales reportées, réclame en particulier Corinne Innesti. La survie de milliers d'entreprises est en jeu, bien au-delà des secteurs de la restauration, du tourisme, de l'événementiel, de la culture et du sport qui ont, à juste titre, fait l'objet d'un plan de soutien spécifique », explique, dans un communiqué, celle qui est aussi dirigeante d'un cabinet d'expertise-comptable.

En effet, selon une enquête menée par la confédération patronale au niveau national auprès de 3 000 chefs d'entreprise début avril, plus de la moitié, 55 % d'entre eux plus exactement, craignent aujourd'hui la faillite.

Reprise difficile et anxiogène

« La reprise sera extrêmement difficile pour les entreprises fragilisées, et notamment les commerces de proximité, qui devront non seulement assumer les charges d'exploitation, mais aussi le surcoût lié au respect des protocoles sanitaires sans aucune certitude sur leur chiffre d'affaires », poursuit la présidente de la CPME 13. Une reprise selon elle très anxiogène. Et d'appeler les entreprises comme les citoyens à privilégier l'achat local et les circuits courts.

Corinne Innesti demande aussi aux collectivités de relancer massivement la commande publique en privilégiant les acteurs du territoire. La CPME propose ainsi de porter temporairement de 40 000 € à 100 000 € le seuil des marchés passés sans mise en concurrence pour faciliter le recours aux TPE et PME. L'organisation des petites et moyennes entreprises demande aussi de passer d'une durée de 5 à 10 ans pour le remboursement du prêt garanti par l'Etat (PGE) et attend pour les entreprises non éligibles à celui-ci - et il y en a trop, selon elle - les dispositifs sur les avances remboursables prévues par l'Etat.

Enfin, pour ses adhérents, elle a mis en place une cellule de crise et deux commissions qui ont déjà accompagné plus de 100 entrepreneurs en détresse. La présidente de la CPME 13 organise aussi de nombreux échanges sur Facebook afin de garder un lien et répondre en direct aux questions des entrepreneurs.




J. Philippe PIERRAT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer