AccueilEconomieLa CCI du Pays d’Arles dévoile sa nouvelle feuille de route

La CCI du Pays d’Arles dévoile sa nouvelle feuille de route

Lors de l’assemblée générale de la CCI du Pays d’Arles le 20 juin, Stéphane Paglia, le président, et le directeur Sébastien Philibert, ont tracé les grands axes d’action sur la mandature jusqu’en 2026 pour les 14 500 ressortissants et le territoire.
Nicolas Bénissan et Jean-Christophe Ehrhardt (Banque de France), Stéphane Paglia (CCI Pays d’Arles), Philippe Renaudi (CCI Paca) et Fabien Lopez (Fédération Paca des JCE).
J.-C. Barla - Nicolas Bénissan et Jean-Christophe Ehrhardt (Banque de France), Stéphane Paglia (CCI Pays d’Arles), Philippe Renaudi (CCI Paca) et Fabien Lopez (Fédération Paca des JCE).

Economie Publié le ,

« Je veux développer et renforcer la culture de l’échange » souligne Stéphane Paglia, président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) du Pays d’Arles, en ouverture de l’assemblée générale tenue le 20 juin au palais des congrès d’Arles. Dans cet esprit, il avait convié à s’exprimer Jean-Christophe Ehrhardt, directeur régional de la Banque de France, Philippe Renaudi, président de la CCI Provence-Alpes-Côte d’Azur et Fabien Lopez, vice-président de la Fédération régionale des Jeunes chambres économiques (JCE).

Le projet de mandature, principal sujet consulaire de la soirée, a été détaillé par le directeur général de la CCI, Sébastien Philibert. Il résulte d’une réflexion collective sur les sept derniers mois et matérialise les ambitions exposées par Stéphane Paglia durant sa course pour un second mandat.

Cette feuille de route d’accélération se décompose en trois axes : faire grandir les entreprises ; réussir le défi des transitions numérique, environnementale et industrielle ; et conforter la transformation du pays d’Arles, tant sur les compétences et la structuration des filières d’excellence actuelles et à venir (culture, tourisme, agroalimentaire, e-sport…) que les infrastructures. Le tout dans une approche collaborative avec les institutions et les organisations professionnelles du territoire.

Ecole de management et capacité d’accueil

Jean-Christophe Ehrhardt et Nicolas Bénissan, son directeur délégué du pôle économique Arles-Salon, l’ont souligné durant leurs exposés sur la conjoncture et l’état d’esprit des dirigeants : si ces derniers démontrent leur capacité de résilience face aux crises successives, la pénurie de main d’œuvre constitue une source d’inquiétude profonde, tous secteurs confondus, industrie, services ou construction.

La CCI fait donc des ressources humaines l’un des piliers de son action pour que ses ressortissants trouvent plus facilement les talents qu’ils recherchent. Plusieurs initiatives seront menées sur l’emploi, notamment avec la promotion des métiers en tension, mais aussi la formation. Le lancement d’IES Provence Arles, "business school" cocréée avec le groupe IES y participe, avec la volonté de recevoir les premiers étudiants dès septembre 2022 et 250 à l’avenir. La chambre songe aussi à une école de la deuxième chance.

La proximité avec les entreprises se caractérisera, après l’appui à la création de plusieurs associations de commerçants sur la première mandature, par une incitation à leur regroupement en fédération. Autre priorité : le déploiement d’hôtels d’entreprises (Saint-Rémy-de-Provence, Sénas et Châteaurenard font partie des cibles) dans ou près des centres-villes et d’incubateurs dont l’incubateur au féminin imaginé avant la pandémie.

« Il existe un vrai besoin sur le pays d’Arles d’accroître la capacité d’hébergement d’entreprises, d’autant plus que le foncier économique est soumis à de nombreuses contraintes. Nous nous battrons pour sa préservation », confie Stéphane Paglia.

Un socle d’outils d’expansion

Quant aux infrastructures et équipements potentiellement vecteurs d’attractivité, le palais des congrès devrait être « verdi et agrandi » pour renforcer le tourisme d’affaires et étendre les événements sur toute l’année. En tant que gestionnaire, la CCI entend en faire un démultiplicateur de ressources financières.

Le programme "Port 2024" sur le port fluvial intègre l’aménagement d’une plateforme biomasse, d’un terminal rail-route et d’une station d’avitaillement en hydrogène. La CCI militera aussi pour que le projet Grand Marché de Provence de redynamisation du Marché d’intérêt national de Châteaurenard se voit lui aussi doté d’une plateforme de ferroutage « pour un lien plus direct avec le marché de Rungis » explique Sébastien Philibert. « Avec ces projets, nous voulons apporter de la valeur ajoutée au territoire, insiste Stéphane Paglia. Mon objectif est que la chambre n’ait plus besoin un jour de la ressource fiscale pour fonctionner. Si on y arrive, on aura gagné. »

Gilles Bertrand : « Le sens du cluster Grand Marché de Provence est de chasser en meute »

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 09 décembre 2022

Journal du09 décembre 2022

Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?