AccueilEconomieL’envie de pl’Hair : salon de coiffure écoresponsable et engagé
ARTISAN

L’envie de pl’Hair : salon de coiffure écoresponsable et engagé

Lynda a repris, il y a moins d’un an, un salon de quartier à Marseille qu’elle a réaménagé à son goût. Là-bas, il est question de coupe de cheveux et de bonne humeur.
Ici, pas de photo de top models bien coiffés, mais un joli papier peint, des miroirs triangulaires et des messages accrochés au mur.
C. Dupuy - Ici, pas de photo de top models bien coiffés, mais un joli papier peint, des miroirs triangulaires et des messages accrochés au mur.

Economie Publié le ,

Le nom de son salon lui va comme un gant. Lynda est chaleureuse et souhaite satisfaire le plus grand nombre de personnes. Or, du monde, il en passe dans ce salon qu’elle vient d’ouvrir. Et pour cause, cette coiffeuse gère avec soin la chevelure de ses patients enfants, hommes ou femmes, mais elle réceptionne aussi et délivre des colis. L’occasion de rencontrer du monde, que ces visiteurs la découvrent et deviennent clients.


Ceux qui ont franchi le pas profitent d’un bon moment et repartent pour les plus petits avec des bonbons, les plus grands avec des gâteaux (au moment de Noël notamment), tout en ayant savouré auparavant un café, thé ou tisane.

Dans son salon de quartier « L’envie de pl’Hair »situé dans le 5e arrondissement de Marseille, dont la vitrine est décorée à la mode Halloween, Lynda nous raconte son parcours et ses envies pour ce lieu qu’elle a investi il y a moins d’un an. « J’ai été pendant de nombreuses années auxiliaire de vie, mais j’ai effectué une reconversion dans la coiffure en 2013. La coiffure m’a beaucoup aidée, elle m’a soignée de ma fibromyalgie. »

Un salon à son image

Cette pétillante femme a choisi un salon dans un autre quartier que celui de sa résidence pour se rendre à son travail et parce que « les lieux [l]’ont séduite ».

« C’est le salon de ma vie, je l’ai décoré à mon image», précise-t-elle ainsi.

Ici, pas de photo de top models bien coiffés ou de publicité. Mais un joli papier peint, des miroirs triangulaires et des messages, qui lui parlent, accrochés au mur.

Parce qu’elle est sensible à l’écologie, elle récupère les cheveux coupés pour une association et recycle ses produits (tubes de couleur, gants, coton usager, bombe aérosol…). Engagée également dans le social, elle pratique des prix raisonnables et ne fait pas payer certains soins. « Je propose une carte de fidélité qui permet au bout de plusieurs coupes d’en avoir une gratuite », explique-t-elle. Sensible aux maladies, elle propose même des prestations gratuites pour sa clientèle concernée.

Pour les coupes et autres prestations, elle écoute sa clientèle : « Je m’adapte à la demande. »

Retrouvez chaque semaine nos portraits d'artisans de la région, réalisés en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?