AccueilEconomieL'emploi cadre ne connaît (presque) pas la crise

Infographie L'emploi cadre ne connaît (presque) pas la crise

Avec un taux de chômage en dessous des 3 % et une hausse constante du nombre de recrutements, l'emploi cadre a encore une fois été « dynamique » en 2019 en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Mais dans ce marché en tension, certaines entreprises peinent à recruter.
L'emploi cadre ne connaît (presque) pas la crise
K. Latour - Le recrutement des cadres a augmenté de 7 % en 2019.

Economie Publié le ,

Ça en deviendrait presque une habitude. Comme en 2016, 2017 et 2018, le marché de l'emploi des cadres a été « très dynamique » en 2019, annonce Bruno Jonchier, délégué régional de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse. L'an dernier, dans la région, le nombre de recrutements a ainsi augmenté de 7 % par rapport à 2018. Un chiffre au-dessus des prévisions hautes annoncées. Les raisons de ce dynamisme ? « Les investissements structurels des entreprises », fait savoir Bruno Jonchier. « Elles connaissent des transformations liées à la transition numérique, écologique... Il leur faut des compétences plus pointues et donc embaucher des cadres. »

A noter cependant que la création nette d'emplois est en léger recul comme l'indique notre graphique :

2020 devrait continuer sur la même lancée : l'Apec attend une hausse de 5 % des recrutements de cadres dans la région. Si bien que d'ici 2021 « on devrait atteindre un sommet et le nombre de recrutements pourrait se stabiliser ».

Un marché en tension

Mais ce quasi plein emploi - le taux de chômage est passé en dessous de la barre des 3 % - a aussi des conséquences moins positives. Ainsi, plus de la moitié des TPE et PME du territoire connaissent des difficultés de recrutement. Une situation qui s'illustre au Chantier naval de Marseille. « Dans les secteurs de la construction et de la réparation navale, qui ont connu un récent renouveau, nous sommes en pénurie. Nous cherchons tous les mêmes profils. Or, nous sommes en concurrence avec les chantiers navals de Saint-Nazaire, attractifs, ou encore avec Toulon et sa base », explique Céline Tardivat, assistante de direction au sein du chantier.

« On rencontre un problème de pénurie de compétences sur le marché », confirme Bruno Jonchier. D'autant que les secteurs qui recrutent le plus dans la région (informatique, commercial et marketing, recherche et développement) sont aussi ceux qui sont le plus en tension.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?