AccueilEconomieL'Afic fait escale à Marseille

L'Afic fait escale à Marseille

Rémy Vialettes, délégué général de la CEFIM et Jérôme Borie, président de la commission CEFIM "Chiche, j'ouvre mon capital !", en partenariat avec l'Afic, ont organisé fin septembre une matinée consacrée au capital investissement.
L'Afic fait escale à Marseille
Georges Majolet - Les intervenants, avec à droite Jean Perpère, le délégué général de l'AFIC.

Economie Publié le ,

L’Association française des investisseurs pour la croissance (Afic) était à Marseille, fin septembre. Face à une salle des Séances du Palais de la Bourse comble, plusieurs intervenants étaient réunis. Deux temps forts ont rythmé la matinée. Comme chaque année des binômes - chef d’entreprise / capital risqueur ont été constitués. L’idée étant d’apprendre de leur expérience. Dans une deuxième partie, les chiffres du capital investissement dans la région ont été commentés.

3 entreprises régionales

Trois entreprises régionales ont accepté de témoigner, en présence de leur consultant.

  • Dauphiblanc

C’est le cas de Dauphiblanc, une blanchisserie industrielle, qui s’est fortement développée en Provence, ces dernières années, avec l’aide de Finadvance. "Je savais ce que je voulais. J’ai donc ciblé les fonds d’investissement avec qui je voulais travailler. J’ai expliqué mon projet, mes idées, à Olivier Gillot, associé chez Finadvance.C’était à prendre ou à laisser ", résume Jean-Pierre Gaillard, dirigeant de la société.

  • Caractère imprimeur

L’expérience n’a pas du tout été la même pour Caractère Imprimeur. L’imprimeur marseillais n’était pas vraiment à la recherche de fonds. "Notre rencontre a été atypique, explique Damien Garau, chargé d’affaires chez Connect Pro, nous faisions nos cartes de visite là bas et nous avions échangé sur la société, son devenir ". Au final, "Connect est entré dans notre capital pour nous donner un coup de fouet afin de booster la société et ma carrière jusqu’à ma retraite", raconte Stéphane Chazel, fondateur de Caractère Imprimeur.

  • Rider Valley

Pour l’équipementier moto aixois Rider Valley, faire entrer un fonds était une nécessité absolue. "Compte tenu de notre stock nous avions un énorme besoin en trésorerie, explique Yvan Bertolina, président fondateur de la société. L’opération de 2M€ a été suivie d’actions de Bpifrance et des banquiers plus à l’aise après l’apport d’iXo Private Equity".

341 M€ investis

Parmi les chiffres fournis par l’Afic concernant le capital investissement dans la région Paca en 2015, il convient de retenir que Paca est la 4ème région de France en montants investis. Avec 341 M€ (contre 347 en 2014), elle se place ainsi derrière l’Ile de France, la Bretagne et Auvergne-Rhône-Alpes. Après une forte hausse entre 2013 et 2014, ils diminuent légèrement entre 2014 et 2015. Si l’on s’intéresse au nombre d’entreprises soutenues en 2015, la région et ses 134 structures aidées se hisse à la troisième place. C’est mieux que l’an passé puisque 109 sociétés avaient été soutenues. A noter aussi "un doublement du nombre d’entreprises soutenues depuis 2013", précise l’Afic. Concernant la taille des montants reçus, force est de constater que les montants supérieurs à 30 M€ augmentent fortement (de 13% du total à 36% du total) mais cela ne compense pas le repli des tickets inférieurs à 30 M€.

Plus d’une entreprise financée sur deux a été soutenue en capital développement en 2015. "A noter une part plus importante des secteurs de la connaissance en Paca qu’au niveau national", précise l’Afic. A titre d’exemple, l’analyse sectorielle des investissements montre que l’informatique et le numérique représentent en Paca 21% du total contre 15% en France. Même constat pour le Médical et biotech (20% contre 13%) ainsi que pour les biens de consommation (19% contre 15%).

Capital investissement

Le capital investissement poursuit son développement en France. "Notre préoccupation principale", rappelle Paul Perpère, délégué général de l’Afic est que le capital investissement progresse davantage. Sur ce point, il reste confiant car il constate "un retour des entreprises d’assurance dans le capital investissement. Avec un niveau pratiquement identique à celui de 2008." Du coup il ose le pari : "que le capital investissement soit deux fois plus important dans 5 ans. C’est un objectif ambitieux mais réaliste", estime-t-il.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?