AccueilDroit et ChiffreJustiCity s'ouvre davantage aux médiateurs professionnels

JustiCity s'ouvre davantage aux médiateurs professionnels

La plateforme de médiation et d'arbitrage en ligne élargit son offre à destination des médiateurs professionnels en proposant des abonnements dédiés.
JustiCity s'ouvre davantage aux médiateurs professionnels
D.R. - Frédéric Dupuy, Etienne de Fontainieu et Ivan Kasic sont les co-fondateurs de JustiCity.

Droit et Chiffre Publié le ,

Lancée en avril 2020, JustiCity étoffe son offre. La plateforme de médiation et d'arbitrage en ligne a sorti début mars sa V2 afin de proposer un service supplémentaire à destination, cette fois, des médiateurs professionnels. Un développement né de l'usage puisqu'à la base JustiCity ciblait plutôt les entreprises et particuliers, en leur proposant les services de médiateurs internes. "Mais nous avons reçu de nombreuses demandes de la part de médiateurs professionnels pour utiliser JustiCity en tant que plateforme pour leurs propres médiations", relate Ivan Kasic, président et co-fondateur de la plateforme avec Frédéric Dupuy et Etienne de Fontainieu.


Lire aussi : Lancement de JustiCity, une plateforme de médiation uniquement en ligne


"Cela peut s'expliquer par la pandémie, qui a contraint à utiliser ces nouveaux outils, mais aussi parce que malgré cette volonté de dématérialisation, les médiateurs n'ont pas forcément la maîtrise technique", analyse celui qui est lui-même avocat-médiateur. Contrairement à un simple outil de visioconférence grand public, la plateforme propose par exemple un système de salle d'attente pour que le médiateur puisse faire un aparté avec une des deux parties pendant l'échange. Il est également possible de montrer des documents, les annoter, etc.

La jeune entreprise, hébergée chez Marseille Innovation, a donc décidé de s'adapter et va proposer trois abonnements pour les pro : un abonnement standard (un médiateur, une médiation par mois, des outils de base) ; un abonnement premium (nombre de médiations illimitées, accès à des outils internes plus avancés comme la personnalisation de la convention de médiation ou la signature électronique) ; et enfin un abonnement corporate (possibilité d'ajouter plusieurs membres). "C'est la force des start-up de s'adapter et d'être agile. Mais il faut aussi garder le cap et pour nous, l'objectif est avant tout de rendre la justice accessible", ajoute le président de JustiCity, qui ne compte pas délaisser son offre initiale.

Accroître la présence à l'international

Avec cette V2, un module "Education" devrait également voir le jour. "Nous avons été sollicités par des universités au Canada et en France pour offrir notre plateforme pour la formation des étudiants."

Et JustiCity, qui se compose, en plus de ses trois fondateurs, de deux personnes à temps plein et vient d'en embaucher une dernière pour gérer la communication, ne compte pas s'arrêter là. Parmi les projets de la société figurent la sortie de la version pour le Canada anglophone, puis celle du module arbitrage en 2021. Et vers fin 2021 / début 2022, "nous devrions accroître notre présence à l'international", espère Ivan Kasic, sans pour autant citer de pays particuliers. "Mais ce sera en Amérique du Nord et en Europe, puisque nous y sommes déjà présents."

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?