Fermer la publicité

interview Julie Bécart : « Cette crise nous a montré combien nous savions nous adapter »

le - - Economie

Julie Bécart : « Cette crise nous a montré combien nous savions nous adapter »
D.R. - Julie Becart a réalisé la totalité de son parcours professionnel en Paca et dirige depuis trois ans le centre commercial Avant Cap.

Rencontre avec Julie Bécart, directrice du centre commercial Avant Cap à Plan-de-Campagne, à l'occasion de l'arrivée de Normal. Cette enseigne danoise, créée en 2013 et aux 241 magasins, a choisi notre département pour implanter sa première adresse hors Ile-de-France. Julie Bécart détaille l'actualité shopping du centre, mais revient aussi sur le contexte inédit que nous traversons.

LNP : Avant d'aborder l'actualité du centre, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel avant votre arrivée, il y a trois ans, à la direction d'Avant Cap ?
Julie Bécart : Après une licence en relations presse et relations publiques, j'ai démarré mon parcours professionnel au Centre Bourse, à Marseille, en tant que responsable marketing. Ensuite je suis partie aux Allées Provençales, à Aix, au moment de l'inauguration de la deuxième tranche de livraison du site. Puis j'ai pris la direction de plusieurs centres commerciaux dans le Var, pour le compte de Carrefour Property, avant de revenir à Marseille au centre commercial Bonneveine, puis à Aix, dans la zone de la Pioline.

L'arrivée de Normal et d'autres enseignes dans les prochaines semaines a-t-elle été remise en question avec la crise sanitaire ?
Pas du tout. Nous sommes un centre de destination shopping identifié et pour les marques c'est un atout. Après l'arrivée de Rituals, des bijoux Lovisa, de Free et de Yogurt Factory, nous attendons également Haribo et la mode du français Deeluxe, qui proposera chez nous, en plus de son offre pour homme et femme, un corner junior. Orange va doubler sa surface. Nous avons également le dernier concept de San Marina, qui a fait de cette adresse son flagship. Avant Cap reste donc attractif pour les enseignes ! Nous n'avons plus que trois cellules de disponibles…

Quel est le positionnement de Normal ?
Il s'agit d'une boutique de 422 m2 qui propose des produits de marques connues, ou étrangères, autour de l'hygiène, de la cosmétique, des articles ménagers et de l'alimentaire notamment. C'est une expérience shopping nouvelle, avec plein de trouvailles insolites, mais aussi des valeurs sûres, à des prix très attractifs. Son offre comporte plus de 3 000 produits, avec des arrivages hebdomadaires.

Les chiffres de fréquentation du centre sont très bons pour 2019. Qu'en est-il aujourd'hui ?
En 2019, nous avons accueillis 3,8 M de visiteurs, ce qui est exceptionnel pour un centre commercial sans locomotive alimentaire. Mais je dois dire que depuis le déconfinement, nous connaissons une croissance supérieure à deux chiffres, par rapport à l'exercice 2019. En août, nous avons fait + 16 %. Mais forcément, les chiffres de 2020 resteront inédits et incomparables, compte tenu du confinement.

A l'image du tourisme, le centre a donc bénéficié cet été de la forte affluence de notre territoire…
Complètement ! Mais avec aussi des habitudes de fréquentation qui ont changé pour notre clientèle locale. Nous l'expliquons avec le boom du télétravail mais nous avons remarqué que notre clientèle de proximité a modifié ses habitudes de fréquentation. Si avant la crise, la fin de semaine était notre plus forte affluence, désormais, elle s'étale tout au long de la semaine.

Comment gérez vous le flux dans le contexte sanitaire actuel ?
A notre maximum nous pouvons accueillir à un instant T 6 060 personnes. Le ministère de la Santé a demandé de diviser ce chiffre par deux. Nous sommes allés plus loin, en fixant les limites à 2 200 personnes. Mais pour autant, comme je viens de vous l'expliquer, le trafic est plus fluide et nous ne refusons pas de monde.

Restez-vous optimistes pour la fin de l'année ?
Rester confiante est un bien grand mot, avec le contexte incertain que nous connaissons. Mais si nous conservons le contexte sanitaire actuel, les chiffres seront bons. Si de nouvelles mesures sont décidées par le gouvernement, nous nous adapterons. Cette crise nous a d'ailleurs montré combien nous savions nous adapter à une situation inédite. Donc, à ce niveau là, je reste confiante…




Alexandra Zilbermann
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer