AccueilEconomieJohan Bencivenga : « La plaisanterie a assez duré ! »

Johan Bencivenga : « La plaisanterie a assez duré ! »

Alors que l'UPE 13 s'apprête à célébrer ses 150 ans cette année, les gilets jaunes n'incitent pas à la fête son président, qui s'explique.
Johan Bencivenga : « La plaisanterie a assez duré ! »
J. P. Pierrat - Président de l'UPE 13, Johan Bencivenga se dit inquiet de la situation économique des entreprises.

Economie Publié le ,

« Mouvement ô combien difficile à définir », comme le précise d'emblée Johan Bencivenga, président de l'UPE 13, celui des Gilets jaunes inquiète fortement les chefs d'entreprise et les entrepreneurs de l'union patronale. « Nous sommes très inquiets, a reconnu ce dernier lors de sa conférence de presse de rentrée, à la fois de la tournure des événements et de leur durée. Pour l'économie, l'impact est très très très négatif, a insisté le patron des patrons des Bouches-du-Rhône, et le climat de tension sociale est à son paroxysme. Tout cela est très défavorable à l'économie et aux entreprises, tant au niveau national que local. »

Et Johan Bencivenga d'avancer quelques chiffres pour appuyer son propos. « Après le 9e samedi de mobilisation des Gilets jaunes et d'événements graves qui se sont produits aussi bien à Paris que dans les grandes villes métropolitaines, on peut chiffrer l'impact direct sur la croissance à - 0,1 % du PIB. C'est énorme ! C'est plus d'un mois de travail de tout un pays réduit à néant, a estimé le président de l'UPE 13. Dans un contexte géopolitique mondial compliqué, avec toutes les mutations ayant cours, c'est un vrai et lourd handicap », a-t-il encore reconnu. Selon lui, tous les secteurs sont touchés, l'obligeant à pousser « un cri d'alarme ».


Lire aussi : Gilets jaunes : « Les patrons ne peuvent pas payer la facture »


La filière touristique, mais pas que

« La plus impactée est concrètement la filière touristique. La vision qu'a le reste du monde de notre pays souffre particulièrement. » Et ce qui est valable pour les étrangers en visite l'est à ses yeux tout autant pour les chalands de proximité.

« Ces activités demandent toutes autant de la confiance, mais les uns comme les autres ont peur », a-t-il souligné, le poussant à conclure « que la plaisanterie avait assez duré. Si cela continue, le monde économique va au-devant de graves difficultés. Résultat, a encore commenté Johan Bencivenga, la grande distribution - hypermarchés, supermarchés, magasins de sport, de bricolage…- enregistre au cours de ces neuf dernières semaines, entre 30 à 60 % de baisse d'activité par rapport à la même période l'année précédente. Idem pour le secteur logistique, entre 10 à 60 % de baisse sur cette période. Faut-il rappeler que plus de 80 % des conteneurs de marchandises passent par la route. Les blocages des ronds-points, des péages, ont également affecté la chaîne agro-alimentaire, a indiqué le président de l'UPE 13. Le blocage du MIN de Châteaurenard notamment, n'a pas été sans conséquences », a rapporté Johan Bencivenga.

Enfin, si, toujours selon lui, l'industrie ou encore le BTP n'ont pas plus été épargnés, ce sont tout de même les petits commerçants de proximité des centres-villes qui ont le plus souffert : « Une grande partie d'entre eux est aujourd'hui en situation d'urgence, a-t-il avancé sans pouvoir chiffrer plus précisément les éventuelles défaillances. C'est encore un peu trop tôt, cela se mesurera à plus long terme… » Seul chiffre qu'il s'est alors permis de citer : celui des « 50 000 salariés » mis en chômage technique depuis ces huit semaines qu'a débuté le mouvement.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?