Fermer la publicité

Jean-Marc Latreille : « Notre mission première reste la protection des entreprises »

le - - Droit et Chiffre

Jean-Marc Latreille : « Notre mission première reste la protection des entreprises »
R. Poulain - Jean-Marc Latreille est le président du tribunal de commerce de Marseille.

Jean-Marc Latreille, le président du tribunal de commerce de Marseille a lancé, lors du Forum des entrepreneurs le 4 septembre, une série de réunions afin d'aller à la rencontre des chefs d'entreprise et les aider à prévenir leurs difficultés.

Les Nouvelles Publications : Pourquoi lancez-vous les Rencontres du tribunal de commerce ?
Jean-Marc Latreille : Lors de mon élection je souhaitais aller à la rencontre des entrepreneurs afin de leur expliquer le fonctionnement du tribunal de commerce, qui aujourd'hui encore fait peur et reste méconnu des chefs d'entreprise. C'était important, notamment de parler de la prévention. Avec cette période d'incertitudes économiques liées à la Covid-19, il nous a semblé nécessaire d'informer les entrepreneurs. Nous allons leur présenter les moyens dont ils disposent pour avoir de l'aide en cas de difficulté. Ces rencontres sont organisées en partenariat avec les administrateurs et mandataires judiciaires, le Barreau de Marseille, l'Ordre des experts-comptables et la Compagnie des commissaires aux comptes.

Avez-vous constaté une augmentation des défaillances d'entreprises ?
Il n'y a pas encore vraiment eu de cas avéré d'entrepreneur qui vient nous voir en expliquant ses difficultés uniquement à cause de la Covid-19. Les cas médiatisés comme Alinea ont commencé à avoir des problèmes pour d'autres raisons. Je peux même souligner que le nombre de procédures collectives ouvertes du 15 mars au 15 juillet était en baisse de 30 à 40 % par rapport à 2019. Cela veut dire que les PGE [Prêt garanti par l'Etat, ndlr] et autres mesures prises par l'Etat ont marché. Elles ont contribué à anesthésier les entreprises pour passer la période. Globalement, ceux qui rencontrent des difficultés en ce moment les ont plus à cause des effets des manifestations des gilets jaunes ou des grèves que de la Covid-19. Mais ces derniers mois de nombreuses entreprises n'ont pas beaucoup travaillé à cause du confinement puis de la relance… Il y a de bonnes chances que, quand elles vont se réveiller après leur anesthésie et vont devoir rembourser les PGE et les charges décalées, elles rencontrent des difficultés qui arriveront certainement à la fin de l'année ou en début de 2021. Les PME et TPE avec une trop faible trésorerie risquent d'être touchées.

Que peut faire le tribunal de commerce pour ces dernières ?
Notre mission première reste la protection des entreprises. Et nous avons un certain nombre d'outils qui nous le permettent. C'est encore plus le cas avec l'ordonnance du 20 mai qui nous offre un nouvel outil, afin de mettre en avant la médiation. S'il y a un terrain de discussion entre l'entreprise et ses créanciers, un accord peut être rédigé et homologué par le tribunal de commerce. De cette façon un entrepreneur qui rencontre des difficultés peut échapper à la conciliation et éviter une procédure collective. Mais pour arriver à cette solution nous devons faire preuve de pédagogie auprès des entrepreneurs. Ces derniers doivent, dès le début de leurs difficultés, en parler à leurs conseils, comme l'expert-comptable. Si les difficultés sont avérées ce sera alors le moment de venir au tribunal de commerce qui est l'hôpital des entreprises. Un hôpital qui est là pour soigner.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer