AccueilDroit et ChiffreJean-Luc Blachon à la tête du parquet d’Aix-en-Provence

Jean-Luc Blachon à la tête du parquet d’Aix-en-Provence

Jean-Luc Blachon a été installé le 13 octobre dernier dans ses fonctions de procureur de la République du tribunal judiciaire d’Aix-en-Provence. Il succède à Achille Kiriakides qui a fait valoir ses droits à la retraite.
Jean-Luc Blachon est le nouveau procureur de la République du tribunal judiciaire d’Aix-en-Provence.
M. Debette - Jean-Luc Blachon est le nouveau procureur de la République du tribunal judiciaire d’Aix-en-Provence.

Droit et Chiffre Publié le ,

Dans son introduction, Olivier Poulet, procureur de la République par intérim, a rendu hommage à l’engagement d’Achille Kiriakides, procureur de la République d’Aix-en-Provence durant plus de cinq ans, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Il a souligné : « Sous son impulsion, le parquet d’Aix-en-Provence, est devenu un parquet ouvert sur la ville et riche en innovations ». Il s’est ensuite adressé à Jean-Luc Blachon : « Monsieur le procureur, vous arrivez à Aix-en-Provence précédé d’une flatteuse réputation. Vous avez eu un parcours professionnel particulièrement riche, dense et varié, qui vous destinait à devenir le chef d’un parquet important. Nous sommes impatients de pouvoir bénéficier de votre expérience. Depuis votre arrivée, nous avons pu apprécier votre capacité d’écoute, votre volonté de ne pas révolutionner pour révolutionner ».

Tribunal judiciaire d'Aix-en-Provence : « La justice craque car on tire sur elle depuis longtemps »

jean-luc-blachon-procureur-aix
Jean-Luc Blachon, le nouveau procureur de la République d’Aix-en-Provence. (Crédit : M. Debette)

Humilité et détermination pour Jean-Luc Blachon

« Je prends mes fonctions avec autant d’humilité que de détermination. […] L’esprit de dialogue et de respect, avec lequel nous avons d’ores-et-déjà entrepris nos travaux communs, me conforte dans l’idée que le dialogue est le ciment d’une communauté de travail », a indiqué Jean-Luc Blachon. Il a expliqué que, parmi tous les changements qui sont à l’œuvre, les deux qui lui importent le plus, et qui sont liés, concernent la justice et le territoire. « Le territoire est le support concret sur lequel tous les dérèglements et les crises, géopolitiques économique ou climatiques, qui bousculent notre quotidien et nos habitudes de vie, finissent toujours par trouver leur expression, heureuse ou malheureuse. […] C’est le lieu où s’exerce l’autorité, qu’elle soit politique, administrative ou judiciaire. La justice doit être là où les gens vivent. […] J’ai l’audace de croire que le dynamisme de la justice de proximité est l’une des nombreuses manifestations de la revanche du territoire quand vacille le rêve du tout mondialisé. […] Elle enrichit le rapport du citoyen à la justice, renforce sa sécurité et sa liberté, en même temps qu’elle dynamise les relations entre tous les acteurs de la justice ».

Aix en Provence : la Justice va revenir aux Prêcheurs

Le chef du parquet est-il pour autant satisfait ? « Pas complètement. Ma satisfaction serait plus grande si les effectifs du parquait d’Aix-en-Provence supportaient la comparaison avec ceux des tribunaux qui ont un taux d’activité comparable au sien. Ce qui n’est pas actuellement le cas. Le ressort connaît un niveau de délinquance à la hauteur de son attractivité, de son insertion dans le territoire plus vaste qu’est le département, fortement urbanisé, des Bouches-du-Rhône. En raison aussi de ses multiples points d’entrelacement avec le territoire de la métropole marseillaise et, plus généralement, avec le territoire national dont le tourisme est l’expression la plus significative. La prise en compte des populations sur ce ressort, couplée au niveau de délinquance endogène et importée par les mouvements de population, devrait logiquement conduire à l’augmentation de nos effectifs », répond le magistrat.

La particularité des Bouches-du-Rhône

Francis Jullemier-Millasseau, président du tribunal judiciaire (TJ) d’Aix-en-Provence, ayant subi les assauts d’un certain virus, c’est la vice-présidente, Christine Peyrache, qui a tenu les propos qu’il avait rédigés. Elle a mis l’accent sur la particularité du département des Bouches-du-Rhône qui compte trois tribunaux judiciaires, dont Marseille qui est un des trois plus grands de France, Tarascon, et Aix-en-Provence classé au 18e rangs sur 160 juridictions. Si le TJ bénéficie d’un bâtiment neuf, la vice-présidente a souligné « le sous-dimensionnement dénoncé depuis longtemps. Des demandes de localisation supplémentaires sont répétées d’année en année pour les magistrats du siège, du parquet et le greffe, puisque c’est bien une communauté de travail qui est impactée. Pour le siège, la demande a été formalisée à hauteur de cinq magistrats supplémentaires […]. Si ceux-ci étaient accompagnés d’un renfort des fonctionnaires de greffe, ce sont assurément les délais de traitement qui en seraient notablement allégés. »

Elle a également évoqué un projet de juridiction, qui couvrirait la période 2023-2024, lié à une réflexion sur les méthodes de travail, l’organisation des espaces, la place du télétravail, la doctrine d’emploi de l’équipe autour d’un magistrat, prolongé par un conseil de juridiction associant les partenaires extérieurs.

Tribunal judiciaire de Marseille : vingt nouveaux magistrats en renfort

Qui est Jean-Luc Blachon ?

Jean-Luc Blachon n’arrive pas vraiment en terre inconnue puisqu’il a débuté son parcours professionnel en qualité de substitut à Carpentras (84) en 2001, avant de rejoindre le parquet de Marseille en tant que substitut, en septembre 2004. D’abord affecté à la section financière et désigné en tant que référent en droit de la santé et de l’environnement. A partir de 2015, il prend la direction de Paris où il est élevé au rang de vice-procureur et rejoint la direction des affaires criminelles et des grâces en qualité de magistrat à l’administration centrale de la justice (MACJ) à Paris, puis au bureau économique et financier en tant que chef de la mission corruption et cybercriminalité. Cette affectation lui vaudra d’être nommé 1er vice-procureur, puis, en 2019, procureur de la République adjoint au parquet national financier où il était en poste depuis 2017. Le 13 octobre 2022, il est installé dans ses fonctions de procureur de la République d’Aix-en-Provence.

Un ressort important

Le ressort compte 755 000 habitants et s’étend sur 62 des 119 communes du département. Il couvre 41 % de la circonscription. Le TJ, qui compte 40 magistrats du siège, 16 du parquet et 188 fonctionnaires, est organisé en quatre grands pôles : un pôle civil qui compte douze magistrats, un pôle famille composé de neuf magistrats, un pôle pénal avec sept juges d’application des peines, sept juges d’instruction, cinq magistrats exclusivement affectés à la chambre correctionnelle, deux juges des libertés et de la détention, sans oublier le personnel de greffe, les assistants de justice, juristes assistants des magistrats ou magistrats honoraires. Deux tribunaux de proximité sont rattachés au TJ, à Martigues et Salon-de-Provence.

Vingt-huit magistrats intègrent la cour d’appel d’Aix-en-Provence

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?