Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Inovsys, un pivot technologique de l'industrie du futur en Provence

le - - Economie

Inovsys, un pivot technologique de l'industrie du futur en Provence
J.-C. Barla - Rémi Courtial, directeur général d'Inovsys, et Guilhem Monti, président d'Inovsys.

Relais d'innovation technique du TEAM Henri-Fabre dans la mécanique, les procédés et matériaux de demain, la « Plate-forme mutualisée d'innovation » Inovsys SAS a revisité son mode opératoire afin de faciliter les collaborations R&D entre donneurs d'ordre et TPE/PME de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Son parc d'équipements continue de s'étoffer.

Comment aider les start-up, TPE et PME à pénétrer chez les grands donneurs d'ordre ? En faisant en sorte que les innovations et solutions technologiques des premières répondent concrètement aux problématiques industrielles des seconds. Pour y parvenir, Inovsys SAS* se pose en relais privilégié. Une vocation définie à sa création en 2010 qu'elle n'a pu vraiment assumer en raison de malentendus sur ses missions, de confusions avec le projet Henri-Fabre, de difficultés à se faire connaître auprès des entreprises régionales. Après sa labellisation par l'Etat comme Plate-forme mutualisée d'innovation (PFMI), puis la clarification intervenue en 2015 (à lire dans notre dossier), une nouvelle équipe est arrivée aux commandes récemment. Guilhem Monti a succédé à Vincent Lambert à la présidence, Rémi Courtial a été nommé directeur général. Forts de l'appui de ses treize actionnaires, ils ont révisé l'approche pour que les 12,8 millions d'euros publics et privés investis en équipements industriels profitent plus efficacement au tissu économique régional et qu'Inovsys assure parallèlement sa pérennité financière.

Modèle inversé

Auparavant, Inovsys fondait sa stratégie sur un objectif : aider le tissu d'ETI**, PME et TPE de la région à monter en gamme en les accompagnant dans la résolution de difficultés industrielles relatives à l'optimisation de leur outil de production (recherche de nouveaux matériaux ou procédés, augmentation de la productivité…). Le principe était de rendre ainsi leur offre plus attractive auprès de leurs clients, en particulier grands comptes. L'approche n'a pas généré les résultats escomptés. Comment un dirigeant de TPE/PME peut-il solliciter la plate-forme alors qu'il peine à cerner son rôle ? Sur la centaine de projets sur lesquels Inovsys s'est mobilisée, moins de 5 % dépassent la centaine de milliers d'euros et 10 % environ avoisinent les 20 000 à 50 000 euros, la grande majorité reste sur des montants minimes, insuffisants pour agrémenter le chiffre d'affaires.

La démarche s'est désormais inversée. « A partir des besoins exprimés par les grands comptes, nous nous attelons à identifier les partenaires aptes à leur fournir une solution par les expertises ou les technologies qu'ils détiennent, précise Guilhem Monti. Nous apportons ainsi à ces derniers, TPE et PME, une capacité à accroître leur chiffre d'affaires, à progresser dans leurs innovations et à étoffer leur portefeuille de références. » Pour Rémi Courtial, « cette méthode d'irrigation du tissu industriel installe un système vertueux qui peut engranger rapidement des effets concrets et agglomérer de plus en plus d'acteurs. Les solutions mises au point peuvent être qualifiées pour d'autres filières et ouvrir dans la foulée des opportunités de diversification aux entreprises concernées qu'elles n'auraient peut-être pas explorées elles-mêmes. »

Projets collaboratifs

Dans cette organisation, TEAM*** Henri-Fabre discute et inventorie les préoccupations techniques communes les plus sensibles de ses membres, puis fait appel à Inovsys pour monter les projets collaboratifs. « Nos destins sont liés par l'objectif de faire prospérer la structure », poursuit Guilhem Monti. L'intervention peut prendre plusieurs formes. Par exemple, pour tester la robustesse et la résistance à la fatigue d'un inox (316L) par un procédé d'impression 3D dit de « fusion laser sur lit de poudre métallique », TEAM Henri-Fabre a organisé le consortium et Inovsys a réalisé l'étude mutualisée pour le compte de ce groupe d'industriels.

Le projet consistait à évaluer le potentiel de ce matériau pour des industries de pointe dès lors qu'il est produit en fabrication additive et non plus traditionnelle (fonderie, forge), domaine dans lequel ses propriétés ont fait leurs preuves en milieux agressifs. Inovsys a assuré la sensibilisation et la formation des personnes associées au projet et futurs clients potentiels, l'accès aux équipements de fabrication additive, la qualification des moyens de production et des procédés… Sous la responsabilité de Matthieu Lafare, chef de projet, et Paul-Emile Lorthoir, ingénieur projet, il a été mené à bien en six mois à peine avec le Centre technique industriel, le Cetim (Centre technique des industries mécaniques), EDF, la SNCF et deux PME, CyXplus, une entreprise des Pennes-Mirabeau spécialisée dans le contrôle non destructif, et Catalyse, société marseillaise d'études et recherches sur les polymères.

Le programme a débouché sur la fabrication de 560 éprouvettes et 1 225 essais non destructifs et destructifs pour sa caractérisation mécanique complète. Il a nécessité la maîtrise de plus de 200 paramètres différents. Convaincu par les résultats de cette nouvelle méthode de production, Airbus Helicopters s'est lancé dans le processus de qualification afin de l'intégrer dans le futur dans la chaîne de production de composants pour ses appareils.

Virage amorcé

En réponse à une consultation d'Airbus Helicopters sur la réalisation d'un banc d'essai, Inovsys a été retenue en détectant que Nérys, une TPE de Gardanne, possédait les compétences pour le livrer. « En instituant la relation, Nérys a pu s'insérer dans le réseau de fournisseurs de l'hélicoptériste. Nous souhaitons reproduire et pérenniser ce modèle sur d'autres secteurs », indique Rémi Courtial. Pour Caroline Couvert, présidente de Nérys, qui rêvait depuis longtemps de collaborer avec l'hélicoptériste, Inovsys s'est révélé un réel élément déclencheur d'une relation qui s'est depuis approfondie (cf. témoignage). Créée en mars 2017, la start-up 3D Medlab a pu aussi s'installer dans le Technocentre avec ses équipements d'impression 3D pour l'industrie et le médical. Son président, Gaël Volpi, voit la proximité entretenue avec les donneurs d'ordre comme un accélérateur de croissance pour sa start-up.

Louis-Romain Joly (SNCF), qui a expérimenté la plate-forme, ose même imaginer que le volume d'ensemble de la demande des grands comptes structure à l'avenir un tissu d'entreprises au niveau de leurs exigences « industrie du futur ». Responsable du développement industriel à l'Union des industries des métiers de la métallurgie (UIMM) Alpes-Méditerranée, Thomas Zussa se démène pour exposer aux PME ces perspectives. Il l'admet : la tâche n'est pas aisée. « Que ce soit sur le rôle d'Inovsys ou les implications potentielles sur les activités de leur entreprise de l'industrie du futur, les dirigeants peinent à les imaginer, dit-il. J'essaie donc de les amener à déceler les briques technologiques (robotisation, fabrication additive…) qui pourraient améliorer leur compétitivité, réduire leurs coûts ou le cycle de fabrication, augmenter leurs performances, accroître la qualité de leurs produits… afin qu'ils prennent conscience de l'importance d'amorcer ce virage. En face du besoin, il faut qu'ils voient la réalité du business à réaliser et Inovsys, en ce sens, est un outil précieux pour les accompagner dans la démarche. L'effort consenti doit se traduire en commandes rapides. Or, quand des donneurs d'ordre réduisent la voilure, le message se brouille. Ces dirigeants se montrent plus frileux pour investir si les retombées ne s'évaluent qu'à long terme. »

Muter plus vite

Pour le directeur général de TEAM Henri-Fabre, Stéphane Magana, les TPE/PME qui engageront leur transformation disposeront toujours d'un coup d'avance. Celles qui veulent la conduire peuvent solliciter Inovsys pour leurs propres projets. Tout en bénéficiant d'un mentorat par Shell sur l'excellence opérationnelle, une start-up comme Intellinium, récemment lauréate d'un trophée Med'Innovant, n'a pas hésité à y faire appel pour poursuivre les développements de sa chaussure de sécurité connectée. « Nous sommes de plus en plus souvent questionnés par des sociétés sur la réalité augmentée, l'Internet des objets, l'impression 3D, confie Stéphane Magana. Ce n'était pas le cas il y a trois ans. Une action collective de formation s'est mise en place à leur intention en fabrication additive afin qu'elles puissent en évaluer les potentialités pour leurs activités et procédés. TEAM Henri-Fabre a aussi créé un groupe de travail avec le pôle Solutions communicantes sécurisées sur la maintenance prédictive par l'Internet des objets. Nous regardons en quoi elle représente une attente chez les DO [Directeurs opérationnels, NDLR] et le pôle explore parmi ses membres ou en dehors si certains peuvent devenir apporteurs de technologies. Notre vocation est multi-filières et transversale. Les grands groupes ont intérêt à aller chercher d'autres acteurs pour trouver des solutions industrialisables, par exemple, dans les matériaux composites ou la maintenance prédictive. Si une PME détecte ces attentes, elle peut très bien rejoindre un groupe de travail ou un projet R&D et proposer sa vision. Les mentalités bougent sur l'industrie du futur. En tant qu'opérateur de TEAM Henri-Fabre, Inovsys ne peut que monter en puissance. »

* Plate-forme mutualisée d'innovation pour l'Ingénierie, les prOcédés aVancés et le prototypage des SYStèmes complexes (Inovsys). Il s'agit d'une Société par actions simplifiée (SAS).
** Entreprises de taille intermédiaire.
*** Technologies & Expertise in Advanced Manufacturing.

L'intégralité de notre dossier sur Inovsys est à lire dans le numéro 9989 des Nouvelles Publications. Cliquez ici pour vous abonner.



J.-C. Barla
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer