AccueilOxygèneIEVA group rachète l’Atelier du sourcil

IEVA group rachète l’Atelier du sourcil

A la faveur de l’ouverture d’un troisième institut, à Marseille, nous faisons le point sur ce groupe libanais et sur Elodie Pierard, l’une de ses franchisées les plus actives.
IEVA group rachète l’Atelier du sourcil
D.R. - Face à la demande de sa clientèle, Elodie Pierard ouvre sa troisième adresse L’Atelier du sourcil à Marseille.

Oxygène Publié le ,

En rachetant l’an dernier L’Atelier du sourcil à sa fondatrice, Joss Devilleneuve, Jean-Michel Karam se retrouve à la tête de 116 adresses à France et à l’étranger, dont une soixantaine en franchise. C’est d’ailleurs le cas pour cette ouverture à La Valentine, puisque Elodie Pierard, 36 ans, possède désormais trois adresses en propre dans la cité phocéenne.

Grâce à ce rachat, l’entrepreneur possède un écrin pour diffuser sa marque de cosmétique IOMA. Il compte ouvrir une dizaine de nouveaux instituts en France, d’ici la fin de l’année. Jean-Michel Karam espère également développer la présence de l’enseigne dans de grands magasins comme Le Printemps ou dans des parfumeries. Si le chef d’entreprise ne souhaite pas communiquer le chiffre d’affaires de son groupe, il se félicite tout de même d’une croissance à deux chiffres en 2020.

Une franchisée marseillaise qui voit loin

Elodie Pierard a d’abord évolué dans le marketing, avant de se lancer dans l’entrepreneuriat. « C’est à la faveur d’un rendez-vous parisien à l’Atelier du sourcil, où j’accompagnais une amie, que j’ai découvert ce concept de spécialiste du regard. » Nous sommes alors en 2012. Elle vient d’être licenciée économiquement et veut créer sa boîte. Le système de franchise la rassure pour se lancer. Après avoir suivi plusieurs semaines de formation auprès de la marque, elle ouvre sa première adresse rue Paradis, à Marseille, en 2013. Suivront une autre dans le 8e, deux ans après, puis ce troisième institut à La Valentine. Elle partage désormais son temps entre ces trois sites et pilote une équipe de dix salariées.

Parmi les prestations phares de l’enseigne, en dehors bien sûr de la restructuration du sourcil uniquement à la pince, Elodie Pierard nous apprend que le Rehaucils et le maquillage permanent des sourcils restent les plus demandés. « Il est réalisé à l’aide de techniques adaptées. Selon les besoins, nous combinons, ou pas "l’effet poil" avec l’ombrage. Quant au Rehaucils, notre permanente brevetée, il ouvre le regard en gagnant de la longueur naturellement. Associé à une teinture des cils, la cliente peut vraiment se passer de mascara pendant près d’un mois ! ». Et si vous pensez que la restructuration des sourcils, tout le monde peut la faire, poussez donc la porte de l’Atelier du sourcil ! Vous verrez à quel point un sourcil adapté à votre morphologie peut changer le regard. 

Le parcours de Jean-Michel Karam 

Né au Liban, Jean-Michel Karam arrive en France en 1990. Il décroche un diplôme d’ingénieur et un master, avant d’intégrer le CNRS, où il deviendra directeur de recherche. C’est en 1997 qu’il créé sa première société MEMSCAP, spécialisée dans les systèmes de microélectronique pour le médical, l’aéronautique et les communications optiques. L’entreprise entre en bourse en 2001. En 2010, il fonde IOMA, positionnée sur la cosmétique personnalisée (via des abonnements de box) puis IEVA en 2016. Le groupe possède donc désormais en portefeuille IOMA, L’Atelier du sourcil, mais aussi la marque de bijou connecté Twin C et les soins capillaires bio Elenature.

 

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?