AccueilOxygèneHugues Charrier photographie une histoire de seins et de combattantes

Hugues Charrier photographie une histoire de seins et de combattantes

Le cancer du sein chez les femmes et les hommes est le sujet du dernier livre d’Hugues Charrier, photographe marseillais humaniste. Un ouvrage qui rappelle le rôle social de la photographie.
La couverture de "Histoires de seins", le livre de photos d'Hugues Charrier sur le cancer du sein.
D. R. - La couverture de "Histoires de seins", le livre de photos d'Hugues Charrier sur le cancer du sein.

Oxygène Publié le ,

« Chacun se bat seul », écrit Corinne Versini dans « Histoires de seins », le livre édité par le photographe marseillais Hugues Charrier. Elle sonne très vrai cette phrase. Surtout quand l’on est touché par une maladie comme le cancer. « Même accompagnée c’est un combat que l’on mène seule », ajoute la chef d’entreprise aixoise. D'accord, mais on peut avoir la chance de recevoir un coup de main, ou plutôt un coup d’œil bienveillant. C’est l’objectif d’Hugues Charrier dans cet ouvrage conçu comme une mise en lumière de combattantes et d'un combattant. Un ouvrage coup de poing. Parce que l’on ne sort pas indemne de la lecture de ces 142 pages. Les images ne cachent rien des conséquences du cancer sur les corps

Un avocat marseillais va pédaler contre le cancer

La maladie, sujet peu photographié

Lancer le diaporama10 photos

« La maladie, ce n’est surement pas le sujet qui est le plus abordé par la photographie contemporaine, surtout lorsqu’il s’agit d’un cancer. A l’heure des smartphones et des applications « lifting » la photographie s’est laissée submerger par le paraître plutôt que par l’être », explique Hugues Charrier. Ce dernier, après un parcours dans l’univers de l’assurance et du BTP, s’est reconverti comme photographe, en créant son studio photo, « Le Grain Noir ». Mais pas n’importe quel photographe. Il se décrit comme un photographe humaniste et engagé. On peut y ajouter, un artiste sensible. On l’a vu avec « Echos cézaniens » publié avec Lionel Borla ou « Symbiose », son travail sur les abeilles, en collaboration avec l'Observatoire français d'apidologie. Dans une autre vie, il permettait à des aveugles ou mal-voyants de découvrir l’escalade.

L’effet réparateur de la photographie

Ses images de femmes et d’un homme « abimés » par le cancer du sein restent en cohérence avec l’homme bienveillant et engagé qu’il est. Nul voyeurisme ici. Le photographe ne s’est pas contenté de quelques « clics ». Hugues Charrier a pris le temps de gagner la confiance de ses modèles, allant même jusqu’à développer des amitiés, ou à les accompagner en consultation médicale, à la demande de l'une d'elle. Alors que la photo de notre temps se veut « influenceuse », éphémère et obnubilée par le « like », Hugues Charrier développe « l’effet réparateur de la photographie ».

« Elle permet à chacune des personnes touchées par le cancer de retrouver confiance en elle, en appréciant différemment leur propre regard sur leur corps blessé par les traitements chimiques, les interventions chirurgicales et les conséquences occultes de la maladie », explique-t-il.

Hugues Charrier photographié par Céline Sylvestre.

La singularité des corps

Plus qu’un livre sur la maladie, il s’agit d’un plaidoyer sur la vie, l’amour, le beau et la singularité des corps. Hugues Charrier y photographie des combattantes, comme Sylvie Plunian, chef d’entreprise marseillaise engagée au sein du réseau Femme Chef d’Entreprise. Elle pose seule ou avec Eric, son conjoint. On rencontre également Isabelle. Elle écrit : « Aujourd’hui, j’ai le courage de me mettre à nu devant un objectif photographique pour montrer du haut de mes 80 ans, que le cancer du sein n’est pas une fatalité ». On a envie de refermer ce livre sur cette phrase.

Un livre qui arrive au bon moment, à l’occasion du mois d’Octobre Rose.

Pour aller plus loin : Hugues Charrier exposera son travail à Paris, à l'Eiffel Commerce du 30 septembre au 30 octobre 2022 (vernissage le 30 septembre); aux Gobelins, à l'École de l’Image du 3 au 28 octobre 2022 (vernissage le 4 octobre sur invitation - demande en MP) et à Marseille, à l'Unité d’Habitation Cité Radieuse - le Corbusier du 14 au 16 octobre 2022 ( vernissage le 14 octobre). Il est possible d'acheter ce livre à la librairie Prado Paradis et à l'Attrape môts, à Marseille également, ou alors au Bleut, à Banon. Le livre est aussi sur commande directement auprès d'Hugues Charrier.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?