AccueilImmobilierHiptown, la solution pour rentabiliser ses bureaux sous-exploités

Hiptown, la solution pour rentabiliser ses bureaux sous-exploités

Créé en 2018, Hiptown compte déjà à son actif trois immeubles de bureaux en gestion et en aura six de plus en 2021. Matthieu Sorin, fondateur de l'entreprise implantée pour l'instant à Paris et Marseille, nous en dit plus sur le positionnement original de son activité, entre coworking et rentabilité de bureaux vacants.
Hiptown, la solution pour rentabiliser ses bureaux sous-exploités
A. Zilbermann - Xavier Thomas et Ludovic Célérier ont rejoint Matthieu Sorin (à droite) en 2019 pour accélérer le développement de Hiptown.

Immobilier Publié le , par

En créant Hiptown il y a deux ans, Matthieu Sorin n'imaginait pas que la crise sanitaire offrirait à son activité « une réelle opportunité ». La raison ? Les entreprises qui disposent de locaux importants sont en train de réfléchir à la pérennité du télétravail. Elles se retrouveront donc avec des surfaces inexploitées. C'est là que se trouve la bonne idée de Hiptown, puisqu'elle propose notamment aux entreprises de « mieux anticiper leurs besoins selon leur croissance ou leur politique RH, explique son fondateur. Hiptown aménage, commercialise et gère ces surfaces en trop, pour le compte de l'utilisateur. » Depuis sa création, trois sites sont opérationnels, dont deux à Marseille, rue Negresko et rue de la République, soit 1 400 m2 en sous gestion entre Paris et Marseille.

L'offre de bureaux Hiptown repose sur quatre axes : le bureau flexible, avec contrat de prestations de service et espace partagé, la restauration en pied d'immeuble ouverte à tous ou en interne, la gestion d'accueil et la conciergerie. Opérateur unique d'un site, dont elle est « preneur à bail », Hiptown s'occupe de tout et soulage le propriétaire foncier de la gestion d'espace. Un modèle « gagnant-gagnant », selon la formule consacrée, qui fait écho auprès d'une clientèle dont ce n'est pas le métier de rentabiliser ses bureaux.

Si le coworking occupe une place de choix dans le secteur de l'immobilier de bureaux, ce qui est nouveau ici c'est de proposer à une entreprise propriétaire de ses murs de rentabiliser ses espaces, en signant des baux à d'autres sociétés. Un modèle qui existe déjà mais qui, avec Hiptown, se professionnalise.

Les ouvertures à venir

En 2019, Matthieu Sorin s'est associé à Ludovic Célérier et Xavier Thomas, deux professionnels rencontrés au cours de sa précédente activité chez Bouygues Immobilier, entreprise au sein de laquelle il a initié le concept de coworking Nextdoor/Wojo.

« Nous partageons une vision commune, la nécessité de lutter contre l'obsolescence dans l'immobilier tertiaire, et sommes convaincus que l'usage définit un immeuble et non l'inverse. »

Au sein d'Hiptown, Matthieu Sorin est en charge de tout ce qui a trait au corporate (financement, budget, questions juridiques) Ludovic Célérier gère le digital, la commercialisation ainsi que le marketing et enfin, Xavier Thomas s'occupe du développement. Actuellement, la société compte sept salariés, mais fin 2021 le staff devrait tourner autour de 20 personnes. Avec un chiffre d'affaires prévisionnel de 2,5 M€ pour 2021, les trois dirigeants comptent sur une croissance rapide, confortée, donc, par le contexte actuel.

En termes de développement, si au départ Hiptown visait l'implantation dans une douzaine de villes françaises, l'expérience terrain lui a fait réviser ses perspectives. « Nous nous sommes aperçus qu'il était bien plus facile de récupérer des locaux à gérer dans une ville où nous étions déjà implantés. Ce qui est le cas à Marseille puisque nous allons y ouvrir trois nouveaux sites d'ici le printemps prochain. Nous serons à Lyon, Lille et Bordeaux dès l'année prochaine et à Rennes en 2022. » A voir sur les deux ans à venir si la crise que nous traversons aura modifié en profondeur nos habitudes de travail, une éventualité qui devrait booster plus encore le développement de Hiptown.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?