AccueilEconomieGrand Port maritime de Marseille : Christophe Castaner élu président du conseil de surveillance

Grand Port maritime de Marseille : Christophe Castaner élu président du conseil de surveillance

Il était le favori, il a été élu : Christophe Castaner est depuis ce vendredi 25 novembre le nouveau président du conseil de surveillance du GPMM. Il sera secondé par Laurence Borie Bancel, élue vice-présidente.
Grand Port maritime de Marseille : Christophe Castaner élu président du conseil de surveillance

Economie Publié le ,

On le pressentait. Le nouveau président du conseil de surveillance du Grand Port maritime de Marseille (GPMM) figurait bien parmi les trois personnalités qualifiées nommées par arrêté ministériel le 8 novembre dernier membres dudit conseil, à savoir l’ancien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, l’ancien PDG d’Orange Stéphane Richard et Laurence Borie Bancel, présidente du directoire de la Compagnie nationale du Rhône.

Ce vendredi 25 novembre, Christophe Castaner, qui avait les faveurs des pronostics, a bel et bien été élu, succédant à Elisabeth Ayrault, qui assurait une présidence par intérim depuis le décès du banquier d’affaires Jean-Marc Fornieri en décembre 2020. Il sera secondé par Laurence Borie Bancel, qui a été élue vice-présidente.

GPMM, tunnel du Mont-Blanc...

L’ancien ministre de l’Intérieur a ainsi été choisi au détriment de Stéphane Richard, un temps pressenti. Christophe Castaner est également depuis le 18 novembre président du conseil d’administration de la société concessionnaire française du tunnel routier sous le Mont-Blanc, un poste ouvrant à rémunération, ce qui n’est pas le cas de celui de président du conseil de surveillance du GPMM. Il devra donc partager son emploi du temps entre Bonneville (Haute-Savoie) où la société est basée et Marseille.

Après Marseille Christophe Castaner au tunnel du Mont-Blanc

Quoiqu’il en soit, l’arrivée à la tête de la place portuaire de ce proche de la première heure du président de la République Emmanuel Macron a déjà suscité quelques remous. « Le Grand Port n’est pas le réceptacle de ministres ou d’élus déchus de leurs mandats, avides de reconnaissance ou à la recherche de tremplin politique », a d’ores et déjà tranché la CGT. Affaire à suivre…

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?