AccueilEconomieFos-sur-Mer : le GPMM lance un appel à projets pour le terminal à conteneurs de Fos-Graveleau

Fos-sur-Mer : le GPMM lance un appel à projets pour le terminal à conteneurs de Fos-Graveleau

Le Grand port maritime de Marseille (GPMM) vient de lancer un appel à projets pour renouveler la convention d’exploitation du terminal à conteneurs de Fos-Graveleau. Une infrastructure gérée depuis 2013 par PortSynergy-Eurofos.
Le terminal de Fos-Graveleau
D. R. - Le terminal de Fos-Graveleau

Economie Publié le ,

A onze mois de l’échéance du contrat d’exploitation du terminal à conteneurs de Fos-Graveleau, le Grand port maritime de Marseille (GPMM) prépare la suite. Alors que la convention décennale nouée avec PortSynergy-Eurofos s’achève fin septembre 2023, le GPMM vient de lancer un appel à projets en vue de désigner un nouvel opérateur sur ce terminal et de négocier avec lui les termes de la convention qui régira les nouvelles conditions d’exploitation du terminal à conteneurs (et accessoirement marchandises diverses) de Fos Graveleau.

750 m de quai

Le terminal objet de la consultation comprend environ 750 mètres de quai soit trois postes à quai (862, 863 et 864) d’un tirant d’eau admissible de 14,20 mètres, pour une superficie de 34 hectares environ. Le terminal à conteneurs sera mis à disposition de l’opérateur aménagé, revêtu et doté de différents équipements, mais dépourvu d’outillage (portiques, grues, cavaliers). Ces derniers devront être déployés par l’opérateur. Le GPMM prévoit de réaliser sous sa maîtrise d’ouvrage des travaux d'infrastructures portant sur le renforcement de toute ou partie du linéaire de quai avec des points d’amarrage et des voies de roulement de portiques (côté mer) afin d’augmenter leurs capacités portantes à 80 tonnes/ml. Le montant de l’investissement du port dépendra du niveau d’engagement de l’opérateur aussi bien sur les volumes de trafics que sur la redevance domaniale proposée par ses soins et sur le niveau d’investissement qu’il prendra lui-même en charge.

Des chantiers en cours et à venir sur Distriport

Travaux de renforcement à venir du terminal à conteneurs de Fos-Graveleau

L’investissement du GPMM pourra être réalisé en deux phases : dans un premier temps, le port prévoit de renforcer l’infrastructures sur 400 mètres du linéaire de quai le plus au Nord du Terminal ; dans un second temps, selon le projet du candidat, le port pourra réaliser des travaux de renforcement d’infrastructures sur tout ou partie des 350 mètres linéaires de quai restants. De son côté, l’opérateur devra s’engager à investir simultanément pour réaliser le renforcement des voies de roulement de portiques, côté terre selon le même linéaire que les voies de roulement de portiques côté mer qui sera retenue, afin de garantir une charge admissible à 80 tonnes/ml. Il pourra également acquérir les équipements d'exploitation nécessaires à son engagement en termes de volumes de trafics à traiter sur le terminal Graveleau. L’opérateur assurera l’exploitation technique et commerciale du terminal. Une mission qu’il assurera en propre ou par le truchement d’une société ad hoc regroupant d’éventuels partenaires.

Un droit d’entrée de 974 411 euros

L’opérateur versera un droit d’entrée de 979 411 euros HT au GPMM, à l’entrée en vigueur de la convention, en contrepartie à l’indemnisation versée à Eurofos à l’échéance de sa convention pour le hangar d’empotage/dépotage de 6 000 m2 réalisé en 2014/2015 au sud du terminal, pour l'exercice de l'activité autorisée sur le terminal. En contrepartie, l’exploitant bénéficiera de droits réels sur ledit hangar qu’il aura financé par le droit d’entrée. L’opérateur versera une redevance domaniale au GPMM d’un montant minimum de 4,55 euros HT / mètre carré et par an.

200 000 EVP de trafic minimum

Il devra s’engager à réaliser un volume de trafics minimum annuel traité sur le terminal. La première année, le trafic devra être de 120 000 EVP. Celui-ci passera ensuite à 200 000 EVP après la réalisation des travaux de renforcement du quai par le GPMM, avec un taux de croissance de 3 % par an. Dans un troisième temps, le trafic minimum sera majoré de 30 000 EVP, applicable par tranche de 100 mètres linéaire de renforcement de quai réalisé sur les 300 mètres linéaires de quai suivant et 15 000 EVP pour la tranche des 50 derniers mètres restants que le GPMM réalisera. Ce volume augmentera ensuite chaque année selon un taux de croissance de 3 % par an.

La durée de convention de terminal sera négociée en fonction du volume d’investissement et de la durée d’amortissement financier des investissements prévus par l’opérateur. En tout état de cause, cette durée ne pourra pas dépasser l’échéance du 31 décembre 2046.

Le Grand Port Maritime de Marseille tient le cap dans l’incertitude du monde

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?