AccueilEconomieFos : l'usine Esso fête ses 50 ans

Fos : l'usine Esso fête ses 50 ans

Première implantation sur la zone industrielle de Fos, la raffinerie Esso fête cette année ses 50 ans.
Fos : l'usine Esso fête ses 50 ans
M. Deuff - Stefanie Daehne, directrice de l'usine Esso de Fos-sur-Mer.

Economie Publié le ,

Au début des années 60, la France lance un programme ambitieux de grands projets. Ils conduiront à l’envol du Concorde, à l’indépendance énergétique, à la construction de ports de plaisance sur le littoral... C’est dans ce contexte qu’Esso France lance le projet de la raffinerie de Fos. Mise en service en 1965, celle-ci est quasiment seule au milieu de la campagne. Mais situé au cœur de ce qui allait devenir la zone industrialo-portuaire de Fos (ZIF), l’emplacement est stratégique. Et Esso est propriétaire des terrains ; ce qui ne sera plus le cas pour les autres usines.

Un demi-siècle plus tard, la « petite » raffinerie du groupe Esso (sa capacité était de 3 millions de tonnes à l’origine) fête son anniversaire dans la bonne humeur. Hervé Brouhard, PDG d’Esso France, et Stefanie Daehne, directrice du site, avaient convié les anciens, l’ensemble du personnel et leur famille à célébrer l’évènement. Nous y avons vu des retraités heureux de se retrouver et d’évoquer « le bon vieux temps » avec force anecdotes, des familles qui découvraient le métier de pétrolier et des jeunes curieux d’en apprendre plus sur cette industrie si particulière.

D’autant qu’à 50 ans (et tous ses pipe-lines !), la raffinerie fosséenne se porte plutôt bien. En 1973, sa capacité est portée à 9 millions de tonnes et au fil des ans, les modernisations successives vont lui permettre de produire du propylène, des bitumes, des essences désulfurées et autres produits essentiels. Mais surtout, les dirigeants d’Esso-Fos ont, avant tout le monde, compris combien la protection de l’environnement et la sécurité étaient essentielles. « Nous opérons dans un contexte extrêmement concurrentiel avec des fermetures de sites à la clé. Notre démarche d’excellence nous offre une réelle chance », explique Stefanie Daehne.

A relire sur les Nouvelles Publications : L'après-pétrole n'est pas pour demain

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?