AccueilEconomieFocus sur les outils financiers pour l'export

Focus sur les outils financiers pour l'export

« Aujourd'hui, pour favoriser la croissance d'une entreprise, il y a deux options principales : l'innovation et l'international », a indiqué Rémy Vialettes, délégué général de la Cefim, lors d'une conférence à la maison des entreprises du pôle d'activités d'Aix-en-Provence (PAAP).
Focus sur les outils financiers pour l'export

Economie Publié le ,

Plus de 150 acteurs économiques (de quoi satisfaire FrédéricBlanchard, président duPôle d'activité d'Aix-en-Provence), essentiellement des chefs d’entreprises, ont fait le déplacement pour en savoir un peu plus sur le développement à l’international, et plus précisément sur le financement des entreprises et les conditions d’accès aux outils financiers pour l’export. EricAmar, président fraîchement élu de la Cefim, a expliqué qu’il n’était pas question de balayer les 700 solutions de financement qui existent sur le territoire, mais d’aider les entrepreneurs à s’orienter vers les dispositifs qui correspondent à leurs besoins.

C’est à Frédéric Ronal, président du comité des banques des Bouches-du-Rhône, qu’est revenue la mission d’animer cette manifestation :

« L’international est un sujet compliqué et central. Toutes les entreprises peuvent aller à l’international même si elles rencontreront des difficultés, et… des solutions. Il n’y a jamais eu autant d’outils ».

Selon lui, une entreprise franco-française qui ne s’orienterait pas vers l’international, sauf si elle fait du service de proximité, rencontrera des difficultés de croissance.

Pour devenir un (bon) exportateur…

Il faut utiliser les (bons) outils. Bien sûr, il y a souvent l’obstacle de la langue, de la culture. Justement, la culture française n’est pas celle qui est en vogue dans toutes les régions du monde, dans tous les pays. Mieux vaut donc être bien informé et savoir se préparer et/ou se faire accompagner. Charlotte Louys, chargée d’affaires internationales Paca de Business France. La première chose à trancher est celle de la zone géographique, du pays. Business France qui travaille avec des objectifs à trois ans, accompagne l’entrepreneur en amont, pour l’étude de marché et dispose d’une panoplie d’outils pour faire gagner en notoriété.

Tiny Doucende-Ramirez, délégué international BPI France, a exposé les leviers proposés par BPI France et la Coface, depuis la prospection, en passant par la vente des produits et en allant jusqu’à l’implantation. Des produits d’assurance existent pour couvrir les risques commerciaux liées aux premières démarches de prospection et soutien de trésorerie via des prêts patients d’une durée de sept ans.

Jean-Luc Scala, responsable pôle international du Crédit Agricole Alpes-Provence, a explicité les différents moyens de paiement bancaire en mettant l’accent sur ceux qu’il faut absolument éviter. Il a notamment déconseillé le chèque, y compris le chèque de banque et les effets de commerce (traite ou BAO*) pour privilégier le virement international, la remise documentaire ou encore le crédit documentaire (Credoc) qui est irrévocable même si le coût est élevé.

Stéphane Pullara, Crédit Mutuel Arkea, a fait un tour d’horizon des outils de couverture du risque de change :

« Un véritable sujet car, après avoir pris beaucoup de risques et beaucoup travailler, vient le temps de l’envoi de la marchandise. Se pose alors la question de la valeur que vous recevrez in fine dans le marché des changes »

Durant les trois dernières années, le dollar a fait l’objet d’une forte volatilité face à l’euro qui a fait l’objet d’une baisse de 25% en un an avant de reprendre +10% en deux mois.

Aleksandra Wdowik, juriste contentieux Euler Hermes, a fait le point sur la sécurisation du développement à l’international en maîtrisant les risques pays et le poste client export. Si on pense tout de suite à « impayé », mieux vaut être vigilant en ce qui concerne les risques d’escroquerie (usurpation d’identité, par exemple), les conditions générales de ventes en s’assurant de leur opposabilité, la compétence des tribunaux, etc. « On vous conseille une assurance crédit qui protège contre les risques de l’impayé », précise la jeune femme, ajoutant qu’Hermes surveille la solvabilité des entreprises et dispose d’un service de recouvrement.

Daniel Vassallucci, président de la société Mapping Control, a témoigné de son parcours à l’international, avec ses réussites et ses difficultés et échecs. Quant à Philippe Korcia, président de l’antenne UPE 13 du Pays d’Aix et dirigeant de Voyages Eurafrique, il a fortement déconseillé aux entrepreneurs de se lancer à l’international tant que leur société ne bénéficie pas d’une très belle assise.

* billet à ordre

Retrouvez chaque semaine, dans nos pages et sur le site des Nouvelles Publications, notre rubrique consacrée à la Cefim.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?