Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Assises de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes Farouk Boulbahri : "Il nous faut un plan Marshall pour la formation des commissaires aux comptes"

le - - Droit et Chiffre

Farouk Boulbahri : "Il nous faut un plan Marshall pour la formation des commissaires aux comptes"

Les commissaires aux comptes français ont rendez-vous les 29 et 30 novembre à Marseille, au Palais du Pharo. Un rendez-vous important alors que la profession est à un tournant de son histoire, comme l'indique Farouk Boulbahri, président de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes Aix-Bastia.

Les Nouvelles Publications : Les 31e Assises de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes qui se tiennent fin novembre à Marseille se déroulent dans un climat très particulier. Comment se porte la profession ?
Farouk Boulbahri :
Tout d'abord, je suis fier que la région Provence-Alpes-Côte d'Azur accueille cette année ce grand événement. Plus de 900 personnes sont inscrites, ce qui est déjà une très belle réussite. Cette édition se déroule effectivement dans un contexte très particulier. L'année 2018 a été pour notre profession un vrai tsunami avec une volonté affichée du législateur de donner plus de liberté, moins de contraintes, aux entreprises. La mesure la plus symbolique étant l'assouplissement de l'obligation pour les entreprises de désigner un commissaire aux comptes via un relèvement des seuils [dans le cadre de la loi Pacte, NDLR].

Aujourd'hui, deux solutions s'imposent à nous : soit nous arrêtons tout et changeons de métier, soit nous sommes capables de nous renouveler, de nous réinventer. Je suis un optimiste, nous devons rebondir. Tel est, du reste, le sujet de ces 31e Assises : réinventer notre profession pour continuer de servir l'intérêt général.

Ces assises tombent à point nommé, n'est-ce pas ?

Nous allons relever ensemble les défis de l'après loi Pacte et repenser les relations avec les entreprises et leur environnement. Notre objectif est clair : révolutionner une profession en transformant des contraintes en opportunités. Pour ce faire nous allons nous intéresser aux bonnes pratiques. C'est ainsi que nous écouterons les conseils de Pierre de Villiers, ancien chef d'Etat-major des armées qui a su faire rentrer l'armée dans le XXIe siècle et qui a aussi tenu tête au président de la République, Emmanuel Macron.

Quel va être le nouveau cap des commissaires aux comptes ?

Beaucoup de risques pèsent sur notre profession : l'attractivité des commissaires aux comptes a pris un coup ; il y a une possibilité de concentration du marché auprès des grands cabinets ; nous nous dirigeons vers une standardisation de nos métiers. Pour empêcher cela, il nous faut un plan Marshall en matière de formation de la profession. De nouvelles missions sont en effet possibles pour les commissaires aux comptes en matière de fraudes, de nouveaux risques concernant les traitements des données, de lutte contre les cyber risques etc. Nous devons informer nos confrères et leur donner les outils pour qu'ils développent de nouvelles missions.




Caroline Dupuy
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer