AccueilEconomieEolien offshore flottant : les entreprises soufflent leurs revendications

Eolien offshore flottant : les entreprises soufflent leurs revendications

Pour développer durablement une filière industrielle, il faut des appels d'offres pour des fermes commerciales dans la prochaine Programmation Pluriannuelle de l'Energie (PPE). Six entreprises les réclament au gouvernement dès 2019.

Economie Publié le ,

Eolfi qui dispose d'une antenne à Marseille, Ideol à La Ciotat, PrinciplePower à Aix-en-Provence, mais aussi Naval Energies, QuadranEnergies Marines et SBM Offshore demandent à l'Etat de prendre en compte le potentiel de l'éolien offshore flottant dans son projet de programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) sur la période 2019-2023 attendu pour les prochains jours. Les projets sur la Méditerranée ou l'Atlantique pourraient contribuer à la transition énergétique, ces acteurs considérant qu'avec « un potentiel techniquement exploitable de 16 GW en 2040, l'éolien flottant peut produire autant d'électricité que huit centrales nucléaires ».

Mais les investissements lourds que nécessite son expansion impliquent d'offrir de la visibilité sur les volumes à venir. Ils réclament donc que des appels d'offres commerciaux soient lancés pour atteindre 3 à 5 GW à l'horizon 2030 et suggèrent « un volume initial dès 2019 de 250 MW réparti entre les régions Bretagne, Occitanie et Sud ». A leurs yeux, la filière recèle un gisement d'emplois considérable dans la fabrication des composants d'éoliennes, l'aménagement des ports, la logistique… « Structurer la filière française de l'éolien flottant, c'est construire une industrie nationale d'avenir, solide, compétitive et exportatrice », disent-ils, d'autant plus que d'autres pays accélèrent sur le sujet. « Planifier les premiers appels d'offres commerciaux flottants au-delà de 2019 enverrait un contre-signal et briserait la dynamique actuelle du marché français, considéré comme pionnier et attractif ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?