AccueilEconomieDominique Bluzet : « Nous vivons une transition majeure pour la culture »

INTERVIEW Dominique Bluzet : « Nous vivons une transition majeure pour la culture »

Dominique Bluzet, directeur des Théâtres à Marseille et Aix et co-fondateur du Festival de Pâques, lance un appel au mécénat pour la mise en œuvre de la 10e édition de ce festival, dédié à l’excellence de la musique classique.
Dominique Bluzet : « Nous vivons une transition majeure pour la culture »
Caroline Doutre - Dominique Bluzet et Renaud Capuçon, les fondateurs du Festival de Pâques.

Economie Publié le ,

Les Nouvelles Publications : Après une édition 2021 100 % digitale, allez-vous poursuivre l’expérience l’an prochain ?
Dominique Bluzet :  Complètement ! Nous redessinons désormais, avec le violoniste Renaud Capuçon, co-fondateur du festival, un autre projet. Nous aurons bien sûr toujours les plus grands artistes en présentiel, mais nous voulons que le festival reste désormais accessible non seulement aux territoires éloignés du notre, mais aussi, au public néophyte.

Quel est le bilan de cette édition numérique ?
Nous avons eu 1,5 millions de visiteurs sur notre site, contre habituellement une fréquentation de 40 000 personnes. Forcément, cela interpelle ! Il y aura donc en 2022 toujours les concerts en présentiel, une trentaine, mais la moitié sera aussi filmée. Mais nous allons encore plus loin pour la prochaine édition.

Qu’allez-vous proposer en plus de ces concerts filmés ?
Nous voulons aller en région, dans des sites inédits, proposer à un public élargi des « moments musicaux ». Je pense notamment au Quatuor pour la fin des temps d’Olivier Messiaen. Il s’agit d’une pièce écrite dans un camp de prisonniers allemands, à l’hiver 1941. Elle sera jouée au Camp des Milles. Avec Renaud Capuçon, nous voulons que notre programmation aille au-delà de l’œuvre musicale et fasse sens. Nous offrons aussi un éclairage spécial aux meilleurs violoncellistes du moment, ainsi qu’à des orchestres moins connus. Je pense à celui de Nice, de Monte-Carlo, d’Auvergne ou du Pays de Loire.

Quel est le budget global de votre festival et quelle en est la part de mécénat ?
Nous avons chaque année besoin de 5M€. Trois viennent de nos fidèles mécènes, comme le CIC, la Ville d’Aix, la Région, ou de généreux donateurs privés et 1,5 M€ sont issus des recettes. Chaque année, nous avons une part variable de mécénat, d’environ 500 à 700 000 € à aller chercher.

Quel en est le ticket d’entrée ?
Il n’y en a pas. Nous avons par exemple un laboratoire pharmaceutique qui donne 20 000 €. C’est important que les entreprises de notre territoire se sentent concernées, non seulement par la culture, mais aussi (surtout ?) par son évolution digitale. Je suis actuellement en pleine levée de fonds et j’essaie de convaincre que notre démarche artistique est innovante, tant dans sa programmation que dans sa mise en œuvre. Nous vivons actuellement une transition majeure pour la culture. Ne la manquons pas !

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?