AccueilEconomieDistilleries et domaines de Provence double l’effet de son pastis Henri Bardouin

Distilleries et domaines de Provence double l’effet de son pastis Henri Bardouin

Après son pastis Henri Bardouin Grand Cru, Distilleries et domaines de Provence lance pour le réseau de cavistes une version Prestige de composition différente. Elle prévoit d’accroître ses capacités de production en 2023.
Distilleries et domaines de Provence double l’effet de son pastis Henri Bardouin
J.-C. Barla - La gamme Henri Bardouin s'élargit avec "Henri Bardouin Prestige".

Economie Publié le ,

Bien que l’entreprise soit implantée historiquement à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), le PDG de Distilleries et domaines de Provence apprécie de présenter à Marseille ses nouveautés de pastis et spiritueux. Alain Robert a donc choisi ce 17 mai le restaurant Opéra Zoizo (et son chef Charles Pinoteau) pour introduire sur le circuit des cavistes son "Henri Bardouin Prestige", complément du "Henri Bardouin Grand Cru" et ses 65 plantes et épices que la PME a dévoilé en 1990, désormais vendu dans 80 pays.

Alain Robert, Hélène Rogeon
et le chef Charles Pinoteau.
(Crédit : J.-C. Barla)

La recette a été remodelée pour éviter que les deux produits ne se concurrencent et titiller subtilement le palais des amateurs de pastis haut de gamme, de plus en plus nombreux et exigeants. « Nous avons intégré quatre ingrédients, vétiver, rose, poivre de sichuan et safran, explique Hélène Rogeon, maître œnologue-liquoriste, responsable R&D. Outre sa couleur plus marquée, il est un peu plus long à fabriquer que le Grand Cru et plus long en bouche. La rose lui apporte une note florale. »

Employant 40 personnes pour un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros (il était à 8,7 millions d’euros en 2018, puis 9,3 millions d’euros en 2019), la société n’a pas chômé durant la crise sanitaire pour diversifier ses gammes et ses capacités commerciales et industrielles.

Innovations lumineuses

« A fin avril 2020, l’activité avait chuté de 36 %, confie Alain Robert. Mais l’été a permis de rebondir bien au-delà d’un simple rattrapage, beaucoup de Français, faute de pouvoir partir à l’étranger, ayant passé leurs congés dans notre région. Du coup, en 2021, nous avons transformé et agrandi notre magasin de Forcalquier qui combine boutique, parcours de découverte de nos métiers et de notre histoire, espace dégustation… ».

De nouveaux produits ont été lancés en France et à l’international, comme le Dry Gin "Gin XII", à partir de 12 plantes et épices (récompensé dans des concours aux Etats-Unis en 2021 et en France en mars 2022), ou plus récemment une liqueur d’absinthe "Absente Fluo 26", fluorescente en pleine nuit grâce à un colorant naturel, la riboflavine, à 26° d’alcool. « Elle a été développée à la demande de clients japonais, mais nous avons aussi décidé de la vendre en France car elle est beaucoup moins alcoolisée que notre Grande Absente à 69° et notre Absente à 55°. Comme les réglementations varient selon les pays, nous adaptons les recettes », indique Hélène Rogeon. Ces "Absentes" sont particulièrement prisées sur le marché nord-américain. « Le symbole des grands artistes qui ont un peu trop abusé de l’absinthe joue toujours sur les consommateurs américains. Aujourd’hui, 50 % de notre chiffre d’affaires vient de l’export. Toutes gammes confondues, nous commercialisons 1,5 million de bouteilles dans le monde. Le pastis Henri Bardouin en représente 650 000 » précise Alain Robert. 70 % des ventes s’opèrent en grande distribution.

Grandir malgré la pénurie

Pour continuer à grandir, de nouveaux investissements se préparent à Forcalquier. « Nous avons toujours des marchés à conquérir, mais ce sera compliqué d’aller plus loin sans nouvelles capacités de production, admet le dirigeant. D’ici fin 2022, nous espérons lancer l’installation de nouvelles cuves dans notre atelier. » L’investissement avoisinerait le million d’euros. « C’est en moyenne ce que nous investissons chaque année pour nous développer. »

Alain Robert espère que la pénurie de nombreux matériaux, comme l’inox, ne retardera pas le projet alors même qu’il doit faire face au manque de verre. Son "Gin XII" est actuellement en rupture de stock, faute de pouvoir disposer de sa bouteille au design particulier.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

Journal du 03 juin 2022

Journal du03 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?