AccueilEconomieLa Poste s'engage pour des solutions innovantes et durables de logistique urbaine

La Poste s'engage pour des solutions innovantes et durables de logistique urbaine

Le Groupe La Poste et la métropole Aix-Marseille Provence ont signé, le 22 mars 2019, au Palais du Pharo, une convention de partenariat destinée à des développer des solutions de logistique urbaine à la fois innovantes et durables. Philippe Wahl et Martine Vassal, les présidents de ces deux entités, entendent ainsi œuvrer pour favoriser la décongestion des villes, le redynamisation des centre-villes et l'amélioration de la qualité de l'air.
La Poste s'engage pour des solutions innovantes et durables de logistique urbaine
J.-P. Enaut - La présidente d'AMP Martine Vassal et le président du groupe La Poste Philippe Wahl ont signé une convention de partenariat.

Economie Publié le ,

Au départ, un constat évoqué par Philippe Wahl, président du groupe La Poste : le nombre de colis croît de 10% par an. Il y aura un doublement des colis en sept ans et de facto le nombre de camions aura doublé en 2024. « J'ai une crainte, que la métropole soit asphyxiée par la croissance de la logistique et des marchandises », a t-il confié. Et pour Martine Vassal, présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, l'enjeu est réel : « Le transport des marchandises représente 20 à 30% de la surface de la voirie et 30% des nuisances ».

Consciente de l'impact de son activité sur la congestion urbaine, La Poste qui se positionne comme l'acteur de référence de la livraison propre dans les zones urbaines denses a souhaité proposer avec la métropole des solutions de réduction des nuisances liées aux livraisons. Aussi, les deux entités ont signé une convention visant, grâce à des solutions simples de stockage, de livraisons mutualisées et de services aux particuliers et aux commerces, à assurer la décongestion des villes et la redynamisation des centres-villes. Tous les jours, le groupe La Poste est confronté à une véritable équation à savoir : répondre aux demandes croissantes issues du e-commerce, livrer les colis en centre-ville et être l'acteur majeur du dernier kilomètre tout en limitant les nuisances liées à la circulation et au stationnement des véhicules.

Porté par des objectifs de transition énergétique et d'éco-responsabilité, La Poste désire mettre en place une véritable politique de logistique urbaine durable. « Après une analyse approfondie, nous avons décidé de co-construire des solutions innovantes », a souligné Philippe Wahl qui signe là sa seconde convention avec la métropole, après celle relative à la mise en place de bureaux de poste au sein des Maisons du bel âge. Le type de maillage envisagé permet d'offrir quatre macro-services avec des livraisons mutualisées, des collectes remontantes, des services de proximité et une distribution locale (boucles courtes).

Un éventail de solutions

La Poste entend poursuivre le développement de la livraison du courrier en mode doux (vélo, pédestre, tricycle électrique) en s'appuyant sur deux dispositifs de livraison. Le premier, des petits colis rentrant dans les boites aux lettres normalisées et l'autre, le soir, en véhicules à faible émission des colis volumineux. Autre objectif : convertir le reste de ses tournées diesel en tournées en mode à faible émission afin de livrer les plis et colis par des modes de transport plus propres (vélos à assistance électrique, véhicules électriques, véhicules alimentés en gaz naturel de ville). « Nous voulons mener un travail collaboratif avec d'autres partenaires logisticiens afin de créer un ou plusieurs centres de mutualisation dans l'objectif de réduire le nombre de kilomètres parcourus en ville », a t-il confié. Autres solutions préconisées, des systèmes de consignes et des création de relais permettant de stocker les colis des particuliers.

De son côté, la métropole s'engage à mettre en place un schéma directeur de la logistique et du transport de marchandises en ville à l'horizon 2020 auquel La Poste contribuera, visant à optimiser les livraisons de marchandises dans les communes. Les réglementations de voirie devront, dès lors, être repensées pour faciliter la circulation des moyens de transport légers. Philippe Wahl a rappelé l'objectif : « Les poids lourds pourraient être arrêtés en périphérie dans de grands centres mutualisés. » Martine Vassal a estimé que « le premier pourrait être au MIN des Arnavaux. » Les deux entités placent ainsi leur action au service des habitants dans la perspective d'un territoire durable et attractif qui répond au défi du réchauffement climatique par la réduction de son empreinte écologique.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?