AccueilEconomieDenis Philippe, président de la Cress Paca : « L’Etat ne reconnaît pas l’économie sociale et solidaire à sa juste valeur »

Denis Philippe, président de la Cress Paca : « L’Etat ne reconnaît pas l’économie sociale et solidaire à sa juste valeur »

Rencontre avec Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’ESS, place de l’ESS dans l’économie et salon ESS Sud à Marseille. Denis Philippe, le président de la Cress Paca, revient sur l’actualité du secteur dans la région.
Denis Philippe est le président de la Cress Paca.
F. Delmonte - Denis Philippe est le président de la Cress Paca.

Economie Publié le , Propos recueillis par Frédéric DELMONTE

Les Nouvelles Publications : Vous avez dénoncé il y a peu le manque de reconnaissance de l’Etat pour les acteurs de l’Economie sociale et solidaire (ESS), notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Quelles réactions avez-vous eues ?

Denis Philippe : J’avais de bonnes raisons de pousser ce « coup de gueule ». Ce n’est pas normal que la Chambre régionale des entreprises de l’économie sociale et solidaire Provence-Alpes-Côte d’Azur (Cress Paca), qui représente les acteurs de l’ESS dans la région, apprenne de façon indirecte la visite à Marseille de Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat en charge notamment de l’ESS. Au-delà de cet évènement, c’est sur la place de l’ESS comme acteur reconnu de l’économie que je m’interroge. L’Etat ne reconnaît pas l’économie sociale et solidaire à sa juste valeur.


Je m’en suis entretenu avec Christophe Mirmand, le préfet de région. Ce dernier m’a contacté à la suite de la conférence de presse que j’ai donnée fin septembre. L’échange a été très franc avec le préfet. Il a demandé à ses services d’étudier les relations existantes avec les acteurs de l’ESS.

Sur quels points a porté votre échange avec le préfet de région ?

Christophe Mirmand m’a écouté et l’échange a été très cordial. Mais il m’a rappelé notamment que la Cress Paca était une association. C’est vrai, notre statut reste associatif et pas consulaire. C’est ce que nous déplorons à la Cress Paca. Ce statut n’est plus du tout adapté à notre mode de fonctionnement, à nos ambitions et à la réalité du travail effectué, ni aux attentes de nos adhérents.


J’ai aussi rappelé au préfet que nous n’avions pas véritablement d’interlocuteur en charge de l’ESS au niveau des services de la préfecture. Il est important que la Cress Paca soit invitée aux réunions quand il est question d’économie. L’ESS dans la région, c’est 11 794 entreprises et 173 436 salariés pour 4,5 milliards d’euros de salaires bruts distribués. Finalement, l’Etat a promulgué une loi pour reconnaître l’ESS, mais ne se l’applique pas.

Installation du Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire (CSESS) par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée du secteur, le 13 octobre à Paris. (Crédit : D. R.)

Avez-vous pu échanger avec Marlène Schiappa ?

J’étais le 13 octobre à Paris, à l’installation du Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire (CSESS), dont je suis devenu membre du bureau. Marlène Schiappa, qui en est la présidente, était présente et j’ai pu échanger avec elle. A cette occasion, nous avons demandé à la représentante du gouvernement si des aides financières seraient apportées aux Cress. Marlène Schiappa a confirmé qu’une enveloppe de 600 000 euros avait été prévue par l’Etat, mais qu’elle n’a jamais été utilisée… La ministre a reconnu qu’il y avait dû avoir des dysfonctionnements. Par contre, il n’est pas du tout certain que le mouvement reçoive cet argent, qui s’est perdu… Je ne doute pas de l’engagement de Marlène Schiappa, mais il faut que l’Etat évolue sur le regard porté sur notre mouvement.


Je pousse pour que le statut des Cress évolue. Nous sommes encore sous statut d’association. Je voudrais que l’approche plus entrepreneuriale, développée par notre Cress du Sud, soit retenue comme un statut pilote. C’est ce qui s’est passé avec le Mois de l’ESS. Il a été expérimenté et lancé en Provence-Alpes-Côte d’Azur, avant d’essaimer dans les autres régions.

Comment faire pour développer la Cress Paca avec un budget contraint ?

En innovant. Nous avons développé le nombre de nos adhérents. Mais cela ne suffit pas. Aujourd’hui, nous avons besoin de 400 000 € afin de renforcer nos actions. Pour les trouver, je vais aller frapper à la porte de nos adhérents les plus importants et des poids lourds de l’ESS.


Nous établissons aussi des passerelles. C’est le cas avec la Chambre des métiers et de l’artisanat de région Provence-Alpes-Côte d’Azur (CMAR Paca), qui sera présente au salon ESS Sud et avec laquelle nous allons signer une convention. Nous avons eu des échanges avec Yannick Mazette, son président, pour travailler ensemble sur des questions de formation. Rendez-vous compte que le statut de la Cress ne nous permet pas d’en faire. Nous devons passer via des organismes de formation.

L’achat responsable a son salon dans le Sud

Le 3 novembre, les acteurs des achats socialement et écologiquement responsables se sont donné rendez-vous au Palais du Pharo, à Marseille. La Chambre régionale des entreprises de l’économie sociale et solidaire Provence-Alpes-Côte d’Azur (Cress Paca), avec le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, y organise « ESS Sud », le salon de l’économie d’avenir. Autour de 120 exposants sont attendus et plus de 1 500 visiteurs. « Cette 5e édition du salon d’économie d’avenir a pour ambition de développer les achats locaux au service des territoires et de leurs habitants. Notre salon est le rendez-vous des acteurs engagés des secteurs publics, privés lucratifs et non lucratifs de notre région qui, autour de thématiques d’actualité et de stratégies d’achats, participent à des stands, des ateliers, des conférences et des rencontres d’affaires », explique Denis Philippe, le président de la Cress Paca.

Le salon sera ouvert par Renaud Muselier, le président de la Région, et Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat en charge de l’ESS, est annoncée, tout comme Jean-Marc Borello, le président national du Groupe SOS. Des tables rondes, conférences et ateliers pratiques seront proposés. A cette occasion, seront remis les Trophées du salon de l’ESS. Renseignements ici.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?