AccueilEconomieDamien Ray : « Plan-de-Campagne est confrontée aux mêmes préoccupations qu’une ville »
INTERVIEW

Damien Ray : « Plan-de-Campagne est confrontée aux mêmes préoccupations qu’une ville »

Damien Ray, directeur général du pub-brasserie à thème « Au Bureau », est le nouveau président du Centre de vie régional (CVR), l’association qui représente les commerçants de la zone commerciale de Plan-de-Campagne.
Damien Ray : « Plan-de-Campagne est confrontée aux mêmes préoccupations qu’une ville »
Centre de vie régional - Damien Ray, président de l’association des commerçants de la zone commerciale de Plan-de-Campagne.

Economie Publié le , Propos recueillis par Martine DEBETTE

Les Nouvelles Publications : Quelles sont les actions que vous souhaitez conduire à Plan-de-Campagne ?
Damien Ray : Je vais poursuivre dans la ligne de ce qui a été fait jusqu’à présent. Depuis une dizaine d’années, je siège au conseil d’administration, dont j’étais vice-président et je connais bien les problématiques de cette zone commerciale. Le rôle de l’association est de défendre les commerçants et de trouver l’équilibre entre les intérêts des propriétaires et ceux des commerçants, en matière de loyers, par exemple. Un sujet important est celui de la défense de la zone commerciale, car il ne faut pas qu’on y fasse n’importe quoi, n’importe comment. La volonté est de s’assurer de son bon fonctionnement, que son développement soit intelligent et que les locaux en mauvais état soient réhabilités. Il n’est pas question de laisser faire du développement qui pourrait vider les commerces existants. En fait, nous sommes dans la politique nationale de réflexion et de concertation avec la volonté d’accepter les projets complémentaires en cohérence avec la zone et d'écarter ceux qui n’apportent rien à Plan-de-campagne. Le souhait de l’équipe du Centre de vie régional est d’apporter du bonheur aux clients de Plan-de-Campagne.

Quid des infrastructures sur la zone ?
On évoque souvent les bouchons. Des bouchons qui, hormis les périodes d’affluence, soldes, Noël et le dimanche lorsqu’il fait mauvais, sont le fait des automobilistes qui coupent par Plan-de-Campagne pour se rendre à Vitrolles aux heures de pointe. Leur objectif étant d’éviter de passer par l’autoroute qui est le plus souvent bouchée. Depuis près de quinze ans, on nous parle de la réalisation d’un barreau d’autoroute, une bretelle de sortie autoroutière. A ce jour, rien n’est hélas encore acté. En revanche, nous attendons avec impatience le « stop de gare », qui lui est acté et devrait être livré fin 2025. Ce sera un vrai plus pour nous. D’une façon plus globale, nous aimerions que l’ensemble des acteurs publics s’intéressent plus à Plan-de-Campagne, en termes d’aménagement, de sécurité, d’éclairage, de circulation, etc. Il faut que cette zone soit considérée et traitée comme une ville à part entière, et qu’elle bénéficie des mêmes services et obligations qu’une ville. En plus du flux de clients, ce ne sont pas moins de 7 000 personnes qui travaillent sur cette zone qui vit de 5 heures - pour les livraisons - à 1 heures du matin. Nous avons entre 20 000 et 30 000 personnes qui, en soirée, profitent des activités de loisirs, vont au théâtre ou au cinéma, fréquentent les restaurants, etc. Même si la Métropole fait bouger les lignes, notre zone est confrontée aux mêmes préoccupations et aux mêmes difficultés qu’une ville de 7 000 habitants avec, en plus, une moyenne 100 000 visiteurs par jour.

Comment se portent globalement les commerçants ?
Ça dépend. La période est compliquée. Il y a ceux qui vont très bien et ceux pour lesquels c’est plus difficile. Les commerces qui battent des records sont ceux des secteurs du bricolage, de l’aménagement de la maison. Certains réalisent même chaque mois un chiffre d’affaires équivalent à celui d’un mois de décembre normal, mais ils souffrent tous des problèmes d’approvisionnement et donc de l’impossibilité de vendre certains produits, et de difficultés liées au recrutement. Dans les secteurs du loisir, de la restauration et de l’événementiel, ce n’est pas simple depuis deux ans. Pour autant, on ne peut pas dire que c’est une catastrophe, grâce aussi au soutien de l’État. Le monde change !

Julie Bécart : « Cette crise nous a montré combien nous savions nous adapter »

Combien d’adhérents compte l’association CVR ?
60 % des commerçants de la zone commerciale adhèrent à CVR. La galerie de Barnéoud et celle du centre Avant-Cap ont chacune leur association propre. Toutes deux adhèrent à CVR.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

Journal du 03 juin 2022

Journal du03 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?