AccueilEconomieCrosscall : « La relocalisation pourrait faire baisser le coût de production »

Crosscall : « La relocalisation pourrait faire baisser le coût de production »

Crosscall a décidé de relocaliser progressivement sa production industrielle. La formule présente nombre d'avantages, dont la maîtrise des coûts, et donc de la rentabilité, selon Fabrice Panzani, attaché de direction générale de la société aixoise.
Crosscall : « La relocalisation pourrait faire baisser le coût de production »
M. Debette - Fabrice Panzani, attaché de direction générale Crosscall, considère que, à terme, la relocalisation peut être rentable.

Economie Publié le , Propos recueillis par Martine DEBETTE

Les Nouvelles Publications : Pourquoi Crosscall, fondé en 2009 par Cyril Vidal, spécialisé dans la conception et la vente de téléphones tout terrain, et installé sur le pôle d'activités d'Aix-en-Provence, a décidé de relocaliser sa production en France ?
Fabrice Panzani : Nous avions engagé cette réflexion avant la crise sanitaire. Celle-ci a cristallisé les difficultés de production en Asie, ce qui a accéléré notre décision de relocaliser certains segments de notre activité. Notre entreprise est française et est attachée aux enjeux de responsabilité sociétale et environnementale.
Au niveau économique, produire en Asie est devenu moins simple. Entre 2005 et 2016, le revenu moyen d’un ouvrier chinois du secteur industriel est passé de 1,2 $ à 3,6 $ de l’heure. On n’est donc pas très loin de celui d’un ouvrier portugais. En considérant qu'en Europe nous aurons une chaîne plus automatisée qu’en Asie, nous devons nous y retrouver. En Asie, il y a vingt ou trente opérateurs sur une chaîne. Ici, sept ou huit qui suivront toute la chaîne et accompagneront l’automatisation. Avec la relocalisation, nous aurons donc une plus grande maîtrise du coût de production tout en améliorant notre chaîne des valeurs.

Outre la main d'oeuvre, quels autres coûts pèsent sur la production en Chine ?
Il y a aussi la crise de l’énergie. Pour faire tourner la machine industrielle, l’Etat chinois a autorisé l’achat de charbon aux Russes qui en ont profité pour augmenter les cours : en 2021, le charbon a augmenté de plus de 75 %, avec pour impact une augmentation de 20 % du coût de l’électricité en Chine. Comme nous travaillons avec des partenaires chinois, cette augmentation impacte leurs coûts de production et donc les nôtres.
La question du fret n’est pas la moindre. C’est compliqué de transporter des batteries par avion, donc beaucoup de fret passe par le bateau. Depuis le début de la crise sanitaire, le coût des containers a été multiplié par dix. Et ce n’est pas près de redescendre. Un certain nombre d’entreprises de la logistique et du transport de marchandises, dont certaines sont implantées pas loin d’ici, en profitent pour réaliser des bénéfices exponentiels, mais cela est en train d’asphyxier les autres industriels français.
Autre point important, la crise des semi-conducteurs a fait bondir le coût de certaines composantes d’un téléphone. D’après l’indice PPI [Indice des prix à la production, référence gouvernementale et européenne unique, NDLR],les coûts des marchandises sorties d’usine en Chine ont augmenté de 10,7 % en un an.

La relocalisation pourrait donc devenir un atout ?
Les conditions sont réunies pour penser la relocalisation avec un modèle économique viable. Parmi les avantages, celui de nous permettre, notamment en matière de recherche et développement, de mieux maîtriser la qualité de nos produits, notre capacité à avancer sur l’écoconception, et avoir un appareil de production à proximité du lieu de conception afin de procéder à des améliorations.

Quel est votre timing ?
Nous n’allons pas tout faire d’un coup. Nous avons déjà commencé en développant un laboratoire R&D qui traite depuis la conception jusqu’au prototypage et permettra de mieux penser et développer les innovations. Grâce au plan France Relance, nous avons obtenu 800 000 € de prise en charge des investissements sur un budget global de 4,6 millions d’euros.
La deuxième brique est la location du bâtiment de 2 350 m2, situé face à notre siège, où nous allons installer une unité de production des accessoires qui constituent une part très importante de notre écosystème.
Nous allons également développer une nouvelle activité, celle du reconditionnement de nos produits en partenariat avec Cordon, un réparateur français. Nous serons la seule marque de téléphone à reconditionner ses produits et ils le seront en France sur la base d’un référentiel technique qui garantira qu'ils auront toujours les promesses de la marque et répondront à nos standards - durabilité, étanchéité et robustesse.
Enfin, à horizon 2025, notre objectif est de commencer à assembler nos premiers smartphones à Aix-en-Provence. Nous sommes en train de discuter avec des entreprises de dimension internationale de façon à sourcer un maximum de composantes de fabrication européenne même si nous savons que, en l’état, faire un téléphone 100 % européen n’est pas encore envisageable.

Quelle est la rentabilité attendue ?
A ce stade, y compris les investissements déjà réalisés pour le laboratoire, nous pensons que ça coûtera au total entre 10 et 15 millions d’euros. Ensuite, il faudra recruter, jusqu’à une centaine de personnes à terme. Certains ingénieurs ont déjà été embauchés au moment du développement du laboratoire.
La vocation d’une entreprise est d’être rentable. Avant la crise, le coût de production en Allemagne, avec des unités automatisées, était 5 % supérieur qu’à Shenzhen (Chine). Nous devrions avoir des coûts maîtrisés, ce qui permettra de dégager des marges bénéficiaires comme celles que nous réalisions en Chine. On peut penser que, si certaines tendances se poursuivent en Chine, la relocalisation pourrait même faire baisser le coût de production.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?