AccueilEconomieCovid ou pas, le Mondial La Marseillaise ne perd pas la boule

Covid ou pas, le Mondial La Marseillaise ne perd pas la boule

Après une année 2020 particulière où il s’est tenu fin août, le plus grand concours de boules au monde donnera à nouveau le coup d’envoi de l’été phocéen du 4 au 7 juillet. Un événement qui génère 16 M€ de retombées économiques.
Covid ou pas, le Mondial La Marseillaise ne perd pas la boule
S. Payrau - Léo Purguette, président de La Marseillaise, et Pierre Guille, président du Mondial La Marseillaise à pétanque, ont présenté la 60e édition du Mondial La Marseillaise ce jeudi 17 juin.

Economie Publié le ,

C’était il y a douze mois seulement…Dans son bureau du 15 cours d’Estienne-d’Orves, Pierre Guille, président du Mondial La Marseillaise à pétanque, refuse de se résoudre à annuler la 59édition du plus grand concours de boules au monde. A l’instar d’Amaury Sport Organisation pour le Tour de France ou des organisateurs de Roland-Garros, il espère que cet été semé d’embûches sanitaires lui offrira sur le tard « une fenêtre de tir » pour que l’événement ait lieu. A quelques pas de là, l’ambiance est pesante au sein de la rédaction de La Marseillaise. Le titre auquel l’histoire du Mondial est intimement liée est englué dans une nouvelle procédure judiciaire à l’issue incertaine…

Mais une nouvelle fois, les deux entités ont su vaincre l’adversité, comme si cette capacité de résilience moult fois éprouvée était devenue leur seconde peau. Maritima Médias a repris La Marseillaise à la barre du tribunal de commerce de Marseille au mois d’octobre (en conservant la quasi-totalité des emplois), perpétuant une histoire débutée dans le maquis provençal en 1943. Quant au Mondial, 9 000 joueurs venant de 15 pays et 85 départements ont pris part à une édition « particulière » qui s’est tenue fin août. Et grâce au partenariat noué avec la chaîne L’Equipe (142 h de rediffusion depuis novembre), s’ajoutant aux traditionnelles heures de retransmission en direct sur France 3, le concours a été l’événement sportif le plus diffusé sur le petit écran hexagonal, devançant même l’illustre Tour de France !

Quinze pays déjà au rendez-vous

A l’heure de présenter la 60édition du concours, ce jeudi 17 juin, Léo Purguette, le nouveau président de La Marseillaise, ne pouvait s’empêcher d’afficher sa satisfaction à la lueur de ce coup d’œil dans le rétro. « Nous n’étions pas sûrs de tenir le Mondial l’an passé et de "gagner" au tribunal de commerce. Aujourd’hui, on a une Marseillaise toujours fragile, mais qui a repris des couleurs », se réjouit celui qui est également directeur éditorial du quotidien. Ainsi, les noces de diamant entre le journal issu de la Résistance et la pétanque, sport que le concours a contribué à populariser, s’annoncent sous les meilleurs auspices.

Avant même l’ouverture du bureau des inscriptions en "physique", nous avons déjà 2 200 équipes inscrites. Quatre-vingt-trois départements sont représentés, tous les DOM-TOM, ainsi qu’une quinzaine de pays dont le Japon », détaille Pierre Guille.

Le Mondial devrait ainsi revenir à ses « standards » traditionnels et réunir autour de 4 000 équipes, soit 12 000 joueurs. Une aubaine pour l’économie provençale puisque les retombées économiques du concours se chiffrent à 16,2 M€. 

Un budget de 2 M

Pour parvenir à faire de Marseille, quatre jours durant, la capitale mondiale de la pétanque, la manifestation s’appuiera à nouveau cette année sur un budget qui avoisine les 2 M€ : 1,5 M€ en numéraire, auquel s’ajoutent 500 000 € correspondant aux mises à disposition et à la valorisation des bénévoles, sans qui l’événement ne pourrait avoir lieu. La moitié de ce budget émane de subventions de quatre collectivités partenaires : le Département des Bouches-du-Rhône (le partenaire principal), la Ville de Marseille, la Métropole Aix-Marseille Provence et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

L’autre moitié est le fruit de sponsors privés dont la participation globale a augmenté ces dernières années. Parmi eux, on retrouve naturellement Pernod Ricard, marque avec laquelle La Marseillaise a créé le concours, Obut, partenaire depuis la 1ère édition, ou les Cafés Henry Blanc. Derichebourg donnera à nouveau son nom au concours féminin, le Crédit mutuel parrainera les deux concours jeunes (6-12 ans et 13-15 ans), sans oublier le concours Proman des entreprises, la société du président de la CCI de région, Roland Gomez. Le concours enregistre aussi deux renforts de poids : Vinci, qui redevient partenaire du Mondial après plusieurs années d’absence, et Rossi Boissons, un nouveau venu. Un plateau complété notamment par Veolia, le groupe Demathieu Bard, Effia Theolys, Saur et sa filiale Stereau, Ford (groupe Maurin), La Grande Savonnerie, Solimut, la RTM, Eiffage Construction Sud-Est, GL Events, Orange, la Safim, Azur et Constructions (sponsor de la triplette vainqueur l’an passé) ou encore Réseau Pro, un réseau de chefs d’entreprise. Sans oublier les partenaires médias France 3 Provence Alpes, France Bleu Provence et France Info.

Avec une finale qui se déroulera à nouveau au parc Borély, l’événement créé par Michel Montana et Paul Ricard restera fidèle à son ADN. « La Marseillaise à pétanque est un événement républicain, où le joueur du dimanche et le grand champion sont sur un pied d’égalité, et qui se déroule dans la fraternité. On vous donne rendez-vous dans cet état d’esprit », résume Léo Purguette.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?