AccueilEconomieCoup de jeune à l'UPE 13 avec une commission dédiée aux start-up

Coup de jeune à l'UPE 13 avec une commission dédiée aux start-up

L'union patronale du département vient de lancer sa commission « Jeunes entrepreneurs ». Un projet né de la rencontre entre l'UPE 13 et Fabrice Blisson, un jeune chef d'entreprise marseillais, également investisseur. Il a créé en douze ans une dizaine de sociétés dans l'immobilier, la restauration, le commerce électronique et le digital.
Coup de jeune à l'UPE 13 avec une commission dédiée aux start-up
D.R. - Fabrice Blisson offre un coup de jeune à l'UPE 13 en créant et pilotant une nouvelle commission dédiée aux start-up.

Economie Publié le , par

Tout est parti d'une rencontre, à l'automne dernier, entre les responsables de l'UPE 13 et Fabrice Blisson. Invité lors d'un de leurs petits-déjeuners, l'entrepreneur leur confie, en toute franchise, « qu'[il] ne connaît pas bien leurs missions et qu'[il se] demande en quoi l'UPE 13 peut être un outil pour les start-up ». L'UPE 13 et son président Philippe Korcia entendent le message et lui proposent dans la foulée de créer une commission dédiée aux jeunes entrepreneurs.

A 35 ans, Fabrice Blisson devient donc un passeur d'expériences et ouvre son carnet d'adresses pour faciliter le démarrage des jeunes pousses. Mais il veut aller plus loin, en leur évitant surtout les pièges des débutants. « Nous sommes en train de faire un audit sur le territoire, entre 2015 et aujourd'hui, pour savoir ce qui marche et ce qui ne marche pas dans le système, quand on passe par un incubateur. »

La mise en œuvre

« L'ambition de la commission est d'accompagner les porteuses et porteurs de projet dès l'émergence de l'idée et de leur faire bénéficier d'un environnement unique de réseaux et de compétences. Mais pas question de concurrencer nos nombreux incubateurs », explique-t-il. La commission se positionne donc entre la naissance du projet et son accélération, via les structures territoriales dédiées à cette mission.

« Un véhicule financier spécifique et novateur sera créé pour faciliter leurs premières levées de fonds. L'objectif est d'accompagner cette année 20 start-up et 60 par an par la suite, d'ici à 2024. »

Soit 200 start-up accompagnées en quatre ans. Un fonds devrait être créé, pour permettre à chaque start-up de bénéficier d'un prêt de 20 000 €, destiné à financer diverses compétences dont doit s'entourer l'entrepreneur, dès le démarrage de son projet.

Sous l'impulsion de Fabrice Blisson, l'UPE 13 réfléchit en ce moment à mettre à disposition de ce vaste projet 300 m2, dans ses locaux du Vieux-Port à Marseille. « J'aimerais aussi que nous ayons un bureau à Paris, sans doute dans les locaux du RaiseLab, car c'est indispensable d'avoir une adresse à Paris pour se faire connaître des investisseurs et par la suite, pouvoir lever des fonds importants », précise-t-il.

Faire passer le message aux plus jeunes

Fabrice Blisson voit grand avec ce mandat, car il souhaite également que l'UPE 13 interviennent dans les établissements scolaires, dès la 4e.

« Nous devons faire passer le message aux plus jeunes que "chef d'entreprise", c'est un métier accessible et que tout est possible, même si on n'est pas bon à l'école. Il faut leur dire qu'aujourd'hui, on ne connaît pas les métiers de demain. Chacun a sa chance, pour autant qu'il soit bien entouré et qu'il évite les écueils du débutant. On doit montrer à nos jeunes qu'ils ont de l'avenir sur notre territoire ! »

Il nous explique, à titre d'exemple, que donner à un proche 30 % de ses parts, suite à un prêt familial, constitue une erreur qui souvent court à la perte de l'entreprise. « Comment voulez-vous proposer ensuite des parts à des investisseurs si, dès le début, vous avez les avez morcelées ? » Du bon sens a posteriori, mais quand on débute, on pare au plus évident, sans imaginer les conséquences.

Fabrice Blisson, déjà fort occupé avec ses entreprises, consacrera une demi-journée par semaine à la commission. Il est en train de mettre en place l'équipe (avec la validation de Philippe Korcia) et espère très rapidement accueillir les premières start-up pour les accompagner dans la maturation de leur projet, avant d'intégrer « le bon » incubateur.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?