AccueilImmobilierCopropriétés : l'Unis Marseille Provence Corse pour une tenue des assemblées générales en présentiel

Copropriétés : l'Unis Marseille Provence Corse pour une tenue des assemblées générales en présentiel

Le gouvernement a annoncé que les assemblées générales de copropriété pourront se tenir à distance jusqu'au 1er juillet. Or, selon l'Unis Marseille Provence Corse, l'absence de réunions physiques a des conséquences sur la gestion des copropriétés.

Immobilier Publié le , par

Elle ne devait durer que jusqu'au 1er avril 2021. Finalement, le gouvernement a prolongé mi-février la possibilité pour les assemblées générales de copropriété de se tenir à distance jusqu'au 1er juillet. Or, pour Albert Michel de Chabannes, président de la commission copropriété au sein de l'Unis Marseille Provence Corse et dirigeant du cabinet éponyme depuis 2009, le vote par correspondance a de nombreuses répercussions. A commencer sur les travaux : « Difficile de faire voter des sommes importantes – comme un ravalement de façade – sans qu'il n'y ait de débat. Nous devons donc prendre la responsabilité, en tant que syndic, de décaler ces travaux quand c'est possible. » Ainsi, l'Unis estime qu'au niveau national 70 % des travaux ont été votés en moins en 2020 par rapport à 2019. Un ratio équivalent dans les Bouches-du-Rhône selon Albert Michel de Chabannes.

L'absence d'assemblées générales en présentiel entraîne par ailleurs une charge de travail plus conséquente pour les collaborateurs des syndic puisqu'ils doivent « arriver à décrypter les votes, les classer, parfois des cases sont mal cochées, le délai des trois jours franc pour renvoyer son vote n'est pas respecté... » D'autant que le vote par correspondance n'a pas permis une plus grande implication des copropriétaires : « Dans 15 % des copropriétés que nous gérons, le quorum n'avait pas été atteint et nous avons dû ensuite rappeler les propriétaires. Alors qu'en règle général cela se limite à une ou deux copropriétés, à peine, sur les 400 que nous gérons », illustre Albert Michel de Chabannes.

Face à ces limites, l'Unis Marseille Provence Corse demande donc un assouplissement des règles : « Nous pourrions par exemple imaginer la possibilité de louer une salle pour respecter les règles de distanciation et être plus de six. »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?