Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Diaporama Contre la réforme des retraites, les avocats marseillais sont décidés à « aller jusqu'au bout »

le - - Droit et Chiffre

Contre la réforme des retraites, les avocats marseillais sont décidés à « aller jusqu'au bout »
K. Latour - Les avocats marseillais continuent leur mobilisation contre la réforme des retraites, avec un mouvement "encore plus dur".

Les avocats poursuivent leur mouvement de grève contre la réforme des retraites. Ce lundi matin à Marseille, après avoir accroché leurs robes aux grilles du palais de justice, ils ont observé une minute de silence en hommage « à la profession », qui pourrait selon eux disparaître si le projet passe. De nouvelles actions sont prévues dans la semaine.

Ce matin, les instances représentants la profession d'avocat étaient reçues par la garde des Sceaux, Nicole Belloubet. Et sauf retournement de situation – comprendre suppression de la réforme des retraites – la mobilisation devrait perdurer voire s'amplifier. A Marseille, sur les marches du palais de justice « c'est la première fois que nous sommes aussi nombreux », note ce lundi 13 janvier le bâtonnier du barreau de Marseille, Yann Arnoux-Pollak.

K. Latour - Pour la seconde fois en une semaine, des centaines d'avocats marseillais se sont rassemblés sur les marches du palais Monthyon pour manifester leur opposition à la réforme des retraites menée par le gouvernement.
  • K. Latour - Pour la seconde fois en une semaine, des centaines d'avocats marseillais se sont rassemblés sur les marches du palais Monthyon pour manifester leur opposition à la réforme des retraites menée par le gouvernement.
  • K. Latour - « Ce que l'on souhaite c'est nous faire disparaître, que nous ne portions plus la robe », lance le bâtonnier Yann Arnoux-Pollak au mégaphone.
  • K. Latour - Alors, il encourage les avocats à accrocher symboliquement leurs robes sur les grilles du palais de justice.
  • K. Latour - Dans le calme, tous les avocats sortent leurs cintres gris. « Mais comment on va faire pour la retrouver ? », s'inquiète une avocate en accrochant sa robe.
  • K. Latour - « Pas plus de deux robes sur un cintre, sinon c'est trop lourd et elles tombent ! » crie-t-on du haut des marches.
  • K. Latour - Les grilles disparaissent sous l'accumulation de robes noires à rabat rouge ou blanc.
  • K. Latour - Après avoir déposé leurs robes, les avocats ont observé une minute de silence « à raison de la disparition de la profession ».

En grève depuis lundi dernier (190 audiences ont été renvoyées), les avocats marseillais devraient voter la reconduction du mouvement pour une semaine encore. Et demain, mardi 14 janvier, ils prévoient de déposer simultanément plus de 300 demandes de mise en liberté. Une action « inédite ». « D'habitude, nous le faisons de manière individuelle. Là nous allons les demander d'un coup, tous ensemble mais de manière responsable. C'est une action importante qui peut amener à gripper la machine judiciaire », souligne Yann Arnoux-Pollak qui appelle également les parlementaires « à venir [leur] expliquer leur positionnement ». Enfin, le barreau organisera vendredi 17 janvier à 15 h, sur les marches du palais de justice, le procès fictif de la réforme. Avec toujours ce mot d'ordre fixé par le bâtonnier : « Aller jusqu'au bout ».




Karen Latour
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer