AccueilEconomieComment j'ai fait pour... relocaliser une partie de la production à Marseille

Série de l'été Comment j'ai fait pour... relocaliser une partie de la production à Marseille

La marque marseillaise Espigas propose des espadrilles urbaines chics et confortables depuis 2013. Suite à un financement de Bpifrance et de la région Paca, et à un partenariat avec l'Esat du Rouet, elle s'apprête à lancer sa première collection made in Marseille. Rencontre avec Olivier Perret, cogérant d'Espigas.
Comment j'ai fait pour... relocaliser une partie de la production à Marseille
C. Dupuy - Le partenariat avec l'Esat du Rouet a permis de réaliser une première collection made in Marseille.

Economie Publié le ,

« Espigas est une entreprise marseillaise qui revisite l'espadrille du cowboy d'Argentine : l'alpargatas. Elle a été créée en 2013 après un long voyage, en famille, sur le continent américain. Depuis l'origine, si la teinture de nos chaussures est effectuée en France, une partie de la production est réalisée en Argentine ou en Chine, ce qui ne nous satisfaisait pas complètement. L'envie de relocaliser la production en France a toujours été présente dans nos esprits car elle correspond fondamentalement à nos valeurs de proximité, de respect de l'écologie et de solidarité. Qui plus est, produire en France apporte une flexibilité et une rapidité de fabrication difficilement égalable. Malheureusement, les prix français ne sont pas très concurrentiels !

Pourtant, l'an dernier, nous avons fait une belle rencontre avec l'Esat [Etablissement et service d'aide par le travail, NDLR] du Rouet à Marseille. Notre envie et nos besoins ont retenu leur attention. L'idée de créer dans leur local un atelier de fabrication avec des personnes en situation de handicap est née. Mais pour pouvoir réaliser en France l'assemblage, l'étiquetage et l'emballage de nos chaussures, nous avions besoin de machines spécifiques. Nous avons donc monté un dossier, en partenariat avec l'Esat, à destination de Bpifrance et de la région Paca (Fiso - Fonds d'innovation sociale). Un prêt à taux zéro de 30 000 euros nous a été accordé et a permis notamment l'achat de matériels pour réaliser nos chaussures : un four et une presse, un parc de formes et du petit outillage. Après une période d'acclimatation et de formation, Yassine, André et Giselle sont prêts à réaliser notre première collection made in Marseille, baptisée pour l'occasion "cocorico". Avec trois modèles : un bleu, un blanc et un rouge, comme les couleurs du drapeau national et le maillot de l'équipe de France de foot !

Mais dans la mesure où cette expérience est assez unique en France, nous avons eu besoin d'aide. Nous avons donc lancé début juin une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank. Nous avons obtenu plus de 5 000 euros pour aborder la saison, lancer la machine et produire de plus en plus en France. Cette collecte permet d'amorcer la production de 200 paires.

Pour ceux qui veulent nous découvrir, nous avons ouvert une boutique éphémère au cœur de Marseille, rue Breteuil, à deux pas du Vieux-Port. Nous participons également à des salons. »

Chaque semaine, dans l'édition hebdomadaire des Nouvelles Publications, retrouvez notre rubrique "Comment j'ai fait pour...". Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnements (à partir de 55€/an).​

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?