Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

la savonnerie du midi [Comment j'ai fait pour…] Moderniser un site sans trahir son histoire

le - - Economie

[Comment j'ai fait pour…] Moderniser un site sans trahir son histoire
Savonnerie du Midi - Guillaume Fievet, directeur général de la Savonnerie du Midi.

Dans le giron du groupe familial Prodef (Produits d'entretien français), la Savonnerie du Midi, née en 1894 à Marseille, fait l'objet d'un investissement d'1,5 million d'euros pour réindustrialiser le site historique et y aménager une boutique et un musée. Guillaume Fievet, son directeur général, détaille ce projet.

(Chronologie : Esther Griffe / Source : www.savonneriedumidi.fr/la-savonnerie)

« Quand nous avons acquis en juillet 2013 la Savonnerie du Midi, nous étions convaincus qu'avec le savon de Marseille, la société avait un bel avenir, l'évolution des tendances de consommation vers plus d'authenticité, de naturalité, pouvant porter son expansion. Cependant, nous avons récupéré un site de plus de 4 000 m2, vétuste, organisé sur cinq bâtiments, avec des équipements obsolètes pour la plupart dont cinq chaudrons inutilisés depuis 1998. Notre groupe, Prodef, reste une PME avec ses 25 millions d'euros de chiffre d'affaires. C'était la perspective d'un investissement lourd et d'un juste équilibre à trouver entre tradition et modernité. Sur un tel projet, reconstruire ailleurs s'avèrerait plus commode, mais nous aurions perdu toute sa spécificité pour l'histoire industrielle de Marseille, du quartier, les Aygalades, et du secteur, la savonnerie. Dès 2013, nous nous sommes attelés au projet avec la volonté de réinternaliser la saponification. Deux ans ont été nécessaires pour affiner notre plan avec des partenaires implantés dans la ville, Nox Ingénierie pour l'assistance à la maîtrise d'ouvrage, et le cabinet d'architectes MAP (Marseille Architecture Partenaires, NDLR). Nous avons exposé notre projet aux différentes administrations, sans rencontrer de difficultés particulières dans les procédures, puis à la région qui a accordé une subvention parce que nous contribuions à réindustrialiser le site.

Il a fallu démolir et extraire des cuves de stockage d'huiles, rebâtir la structure des cuves d'huiles, de soude et de saumure… Nous avons adapté les locaux aux Bonnes pratiques de fabrication (BPF). Après expertise des chaudrons pour vérifier qu'ils étaient réhabilitables, nous avons décidé d'en rénover deux prioritairement, les trois autres le seront ultérieurement. Il a fallu renouveler la tuyauterie, les pompes, les groupes techniques… Les premiers essais de saponification se dérouleront début mai. Dans la salle de séchage, tout a été refait car les machines n'étaient plus opérationnelles. La capacité annuelle de production avoisinera les 900 tonnes. Cinq personnes ont connu le temps où la savonnerie détenait tout le procédé traditionnel. Elles veilleront au respect des règles du savoir-faire.

Pour exploiter l'intérêt patrimonial du lieu, nous construisons un musée de 170 m2, un parcours de visite de 100 m2 et une boutique. Là aussi, nous avons privilégié les partenariats locaux : le scénographe Sylvain Massot de la société Dodeskaden et la Cité des arts de la rue, voisine de notre site, travaillent à l'organisation du parcours et la scénographie des salles. Les travaux intègreront un chantier d'insertion. Nous y valoriserons la collection de savons, photos et d'objets d'une famille marseillaise, M. et Mme Quittard, associée au projet, mais aussi une trieuse à grains du temps où le lieu était encore une minoterie. Nous devons donc réaménager les espaces aux normes ERP (Etablissements recevant du public, NDLR). Pour financer partiellement les travaux, à hauteur de 15 000 euros, nous ferons appel au crowdfunding en avril. C'est aussi un moyen d'impliquer ceux qui apprécient le savon de Marseille et ses bienfaits. Enfin, nous réaliserons une boutique d'usine. Pour la Savonnerie du Midi, c'est un vrai challenge et il y a encore du chemin à parcourir. »

Nouvelle rubrique

"Comment j'ai fait pour...", c'est une des toutes nouvelles rubriques créées à l'occasion de la transformation de notre magazine. L'objectif : un entrepreneur du département témoigne et décrypte ses bonnes pratiques pour développer son activité : création d'une application mobile, transmission, levée de fonds, acquisition de nouveaux marchés...

Vous souhaitez découvrir notre nouvelle maquette ? Cliquez ici !




J.-C. Barla
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer