Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Comment j'ai fait pour... franchir les obstacles, de l'université à la start-up

le - - Economie

Comment j'ai fait pour... franchir les obstacles, de l'université à la start-up
M. Debette - Michel Laurent, PDG fondateur de Movin'Smart.

Atypique, Michel Laurent l'est assurément. Cet enseignant-chercheur, n'a vraiment rien du jeune startupper ! Et pourtant, il a franchi les obstacles pour créer Movin'Smart et se positionner sur l'analyse de données en temps réel et l'optimisation de la relation entre cavalier et cheval. Un marché de niche de quelque dix millions de pratiquants en Europe.

« Je suis un pur produit de l'université, professeur des universités, ex-président d'université, ex-doyen, ex-directeur général de l'IRD*, ex-directeur de laboratoire, etc., et cavalier. Toujours intéressé par l'innovation comme fruit de la recherche, je me suis dit que, si j'avais l'opportunité de créer mon entreprise, je me laisserais tenter. Après une codirection de thèse sur la technique à cheval, le couplage, la régularité, etc., le jeune docteur concerné n'a pas franchi le cap de la création d'une start-up. A l'été 2016, je suis passé à l'acte pour créer une solution innovante, pratique et légère (10 grammes) donnant des informations au cavalier pour qu'il soit plus performant avec sa monture : Movin'Smart.

Il a fallu chercher les aides classiques pour la recherche publique auprès de la Satt Sud-Est**, puis nous avons incubé le projet au sein d'Impulse***. D'autres acteurs nous ont beaucoup aidés : la BPI [Banque publique d'investissement, NDLR], Initiative France, le DAP [Dispositif d'amorçage de Provence, NDLR], etc. Pour développer la solution, deux post-doctorants aux compétences complémentaires ont rejoint le projet en janvier 2018 : Camille, spécialiste de physique et mécanique vibratoire et modélisation et également cavalière (ce qui est assez rare), et Olivier, physiologiste. Puis un troisième ingénieur Usein, spécialisé en chimie des matériaux, nous a rejoints en novembre dernier.

Nous nous sommes déplacés de Luminy vers le Campus Georges Charpak Provence (Ecole des Mines de Saint-Etienne) de Gardanne pour travailler avec les chercheurs spécialistes de matériaux souples conducteurs pour tout ce qui est monitoring de l'activité électro-physiologique chez l'homme ou l'animal. Notre technologie est ambitieuse : c'est une solution unique, composée de deux capteurs et d'une application smartphone, pour suivre la locomotion du cheval et les interactions cavalier-cheval. Nous sommes les seuls, au niveau mondial, à donner au cavalier des informations aussi précises en temps réel, que ce soit au niveau du cardio du cheval, de la vitesse, de l'analyse de la technique, de l'équilibre au trot ou au galop, etc. L'objectif de ce tableau de bord connecté étant le progrès et la recherche de la performance tout en préservant le bien-être et la santé du cheval. C'est une question éthique ! Jusqu'où peut-on aller ? Comment préserver son partenaire des blessures ? Dans les compétitions internationales, on constate parfois jusqu'à 50 à 60 % d'élimination des chevaux pour boiterie, métabolisme, etc. C'est énorme ! Les courses se font à des vitesses de plus en plus rapides et il faut être très proche de l'animal et du fonctionnement bioénergétique et biomécanique. Notre technologie va aider le cavalier à prendre les bonnes décisions et donc à améliorer sa performance. C'est aussi une façon de préserver l'animal en tant que valeur économique car s'il est blessé, il faut le soigner. Il peut être invalide et vous entrez dans une boucle descendante.

L'équitation est un marché de niche de plus de deux millions de pratiquants et 600 000 compétiteurs en France, et 10 millions en Europe. Après deux années, si nous touchons entre 0,3 et 0,5 % de ce marché, ça ferait déjà pas mal de clients ! Nos premières livraisons ont démarré le 20 février en ciblant l'équitation d'endurance. Dans le courant de l'été, nous nous attaquerons à d'autres disciplines, saut d'obstacles ou dressage. Ensuite, notre solution pourra être développée vers d'autres sports et ensuite étendue à la santé humaine ou animale. »

* Institut de recherche pour le développement.
** Société d'accélération du transfert de Technologies.
*** Incubateur interuniversitaire.




Martine Debette
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer