Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Série de l'été Comment j'ai fait pour... céder les rênes à mon fils

le - - Economie

Comment j'ai fait pour... céder les rênes à mon fils
D.R. - Francis Guillot a laissé son fils Sébastien Guillot prendre la tête de la société Aqualux, qu'il avait fondée en 1993.

A l'origine de Technic'eau en 1981, Francis Guillot fonde en 1993 Aqualux, fabricant de produits et équipements pour piscines. L'entreprise est dirigée désormais par son fils, Sébastien, et associée aux groupes Chemoform et Fija.

« Après deux mandats comme président de la CCI du Pays d'Arles, j'envisageais de me retirer pour me réinvestir dans Aqualux. Mon fils Sébastien était sur le point de revenir dans la société, après des études brillantes à l'Ecole Polytechnique et l'école d'ingénieurs EPF et un parcours dans des grands groupes (PSA, Rolex…). Je l'imaginais à la direction, moi à la présidence, mon épouse Liliane continuant d'assurer la direction financière.

J'ai fait part de mes intentions à Stéphan Brousse, alors président de l'UPE 13. Sa réponse a été immédiate : « Ne fais jamais cette bêtise ! Tu seras toujours tenté de décider. Il vaut mieux laisser les responsabilités à ton fils, il prendra des coups, ça le formera mais il se sentira plus libre pour conduire l'évolution de la société. » J'ai vérifié rapidement qu'il n'avait pas tort : lorsque mon fils et moi étions dans le même bureau, les clients et fournisseurs tendaient toujours à venir vers moi… Afin de clarifier, je suis devenu en 2010 président du conseil de surveillance et Sébastien, président du directoire.

Restructuration et bouleversements

Monté au plus haut en 2003 grâce à la canicule avec 40% de croissance, Aqualux venait de subir les effets de la crise internationale de 2008. Fort de son expérience, Sébastien a procédé à des choix qui ont sensiblement bouleversé la société. Des marques différentes existaient pour chaque marché et canal de distribution. Il a tout recentré sur Aqualux. Même pour la grande distribution, il a voulu commercialiser les produits avec la mention « By Aqualux ». Il a investi dans de la publicité télévisée en 2011, a mis fin aux produits de négoce, a rationalisé le mode de gestion des stocks. Nous avions un sous-traitant en Chine qui impliquait trois mois de délai pour fabriquer et livrer. Si la saison démarrait trop tard ou se prolongeait, nous étions soit en surstock, soit en rupture. Il a trouvé un sous-traitant plus proche. Aqualux a ouvert une usine de production en Tunisie. Il s'est attelé aussi à rendre le groupe plus autonome financièrement vis-à-vis des banques, plus industriel…


Lire aussi : Comment j'ai fait pour... créer mon application


Rapprochement pertinent

Quand Provence Promotion a indiqué qu'un industriel allemand du secteur voulait nous rencontrer, Sébastien l'a reçu. Cedric Mayer-Klenk avait succédé à son père chez Chemoform, leader européen dans le traitement d'eau et les produits chimiques. Des synergies sont apparues évidentes, les fiançailles ont duré un an pour les confirmer en 2014. Une holding a été créée pour chapeauter le groupe. Un autre rapprochement a suivi avec le groupe français Fija. L'ensemble représente aujourd'hui un peu plus de 200 millions d'euros de chiffre d'affaires, 700 salariés sur une quinzaine de pays. Mon fils a prouvé ses capacités de gestionnaire. La transmission s'est opérée sans accroc familial, mon épouse servant parfois de point d'équilibre.

Le plus difficile a été la cession de Technic'eau pour redonner de la capacité financière au groupe tout en assurant sa restructuration. Même le plan social s'est accompli sans trop de casse, ceux qui n'ont pas eu confiance dans le projet de Sébastien sont partis, d'autres ont créé leur activité et ceux qui sont restés ont défendu avec vigueur la cause d'Aqualux. Les valeurs transmises par mon père sont toujours portées par mon fils. Quant à moi, j'ai pu m'investir dans un dernier mandat à la CCI du Pays d'Arles et à la CCI régionale, à Procamex, comme conseiller du commerce extérieur… ».

Chaque semaine, dans l'édition hebdomadaire des Nouvelles Publications, retrouvez notre rubrique "Comment j'ai fait pour...". Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnements (à partir de 55€/an).​

Carte d'identité

Création : 1993
Chiffre d'affaires 2017 : 23 millions d'euros
Effectif : 80 salariés (équivalent temps plein)
Export : 3,5 millions d'euros




J.-C. Barla
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer