AccueilEconomieColis Privé choisit d’attendre pour son introduction en Bourse

Colis Privé choisit d’attendre pour son introduction en Bourse

Basé à Aix-en-Provence, le groupe de livraison de colis entend grandir en France et à l’international. Prévue pour mi-juillet, son introduction en bourse est repoussée sur les prochains mois en raison des conditions de marché.
Colis Privé choisit d’attendre pour son introduction en Bourse

Economie Publié le ,

Dirigé et détenu à 90% par Eric Paumier (PDG) et Frédéric Pons, Colis Privé veut passer par la bourse pour poursuivre un développement qui lui a permis d'atteindre un chiffre d’affaires de 233,8 millions d’euros en 2020, en progression de 46% par rapport à 2019, pour 64 millions de colis livrés. Son résultat brut d’exploitation a bondi dans le même temps de 94%, s’établissant à 22 millions d’euros. L’introduction s’effectuera sur le marché réglementé d’Euronext à Paris « dans les prochains mois » alors que la direction l’envisageait initialement pour début juillet, les conditions actuelles de la Bourse n’étant pas idéales pour franchir le pas. « Nous voulons consolider notre place de leader privé sur la livraison de colis en BtoC en France, explique Frédéric Pons, en précisant que 240 000 colis ont été livrés en moyenne chaque jour en France l’an dernier. Début septembre, nous nous déploierons sur l’Afrique ».

L’expansion internationale est un des objectifs majeurs de l’entreprise, comme l’explique Bart Sasse, directeur de Colis Privé International, la filiale dédiée.

« Nous voulons nous positionner sur un pays par an au minimum car le e-commerce explose partout dans le monde. L’Afrique est le premier pôle de croissance, les pays européens aussi, mais nous pourrions aller aussi sur l’Asie et pourquoi pas le Québec, l’Inde ou le Brésil ? ».

En 2021, Colis Privé livre ses premiers colis sur la Belgique (avec une flotte qui devrait être à 90% électrique à fin 2021) et le Luxembourg. Au Maroc, il s’appuiera, sous forme de licence, sur un partenaire local. Les activités belge et marocaine devraient dégager un résultat positif dès 2022 pour l’une, 2023 pour l’autre. A fin 2025, le groupe espère réaliser 10% de son chiffre d’affaires à l’étranger.

Garder la gouvernance

Aux yeux de Jean-Philippe Bergougnoux, directeur général, « l’introduction apportera des moyens développés pour la conquête commerciale ». La directrice financière, Cécile Bogdan, affirme qu’une partie conséquente concernera le système informatique, Colis Privé ayant conçu sa propre technologie pour une livraison à J+1 et J+2. Des clients comme Amazon, le principal avec 38% du volume total de colis livrés (la multinationale américaine en est devenue l’actionnaire à hauteur de 9,65%), AliExpress, Veepee ou Zalando lui font confiance, son portefeuille en comptant près de 180 dans la mode, la photo, l’électroménager, l’alimentaire, la beauté… « Nous souhaitons garder la gouvernance du groupe et espérons ouvrir environ 30% du capital » confie Frédéric Pons.

Nouvelles offres

Par sa stratégie logistique et son maillage national (quatre plates-formes mécanisées et 101 agences réparties sur le territoire), Colis Privé a conduit son essor sur la livraison à domicile, mais elle a complété son offre par un dispositif de livraison en points relais. Eric Paumier souligne que leur nombre, dans le réseau Colis Privé Store, s’élevait au 31 mars dernier à 3 450 en France, « une multiplication par deux en 12 mois » et qu’il entend l’accroître à 4 700 d’ici la fin de cette année. « Nous avons mis sur pied aussi une offre CtoC (consumer to consumer) à destination des particuliers et des petits commerçants, en relais ou à domicile, afin d’accompagner les ventes réalisées à partir de sites comme Leboncoin ou Vinted » indique-t-il.

D’ici à fin 2022, l’entreprise table sur une croissance de 25% et d’au moins 20% sur les trois exercices suivants.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?