AccueilEconomieCap Au Nord Entreprendre, une dynamique collective

Cap Au Nord Entreprendre, une dynamique collective

A l'occasion des 9ème Rencontres annuelles de Cap Au Nord Entreprendre qui se déroulent mi-juin, retour sur les principales réalisations de ce réseau des acteurs économiques de Marseille Nord en 2018.
Cap Au Nord Entreprendre, une dynamique collective
C. Dupuy - Une partie de l'équipe de Cane, dont Alexandre Fassi et Christian Cortambert (2e et 5e en partant de la gauche) et des représentants d'entreprises membres du réseau.

Economie Publié le ,

Cap Au Nord Entreprendre, l'association qui regroupe 300 entreprises de toutes tailles dont le point commun est l'intérêt pour le territoire Nord de Marseille (13e, 14e, 15e et 16e arrondissements), organise sa neuvième édition des Rencontres annuelles le 13 juin à Marseille. "Après le port, le sport et la jeunesse, nous avons décidé, à quelques jours du Sommet des 2 Rives*, de nous intéresser à l'export. L'occasion de découvrir les recettes de nos champions de l'international, dont CMA CGM, HOM, Euro-Tech, La Compagnie du Midi. Avec la participation d'un grand témoin Robert Guediguian, cinéaste marseillais, grand exportateur de l'image de la ville", explique Alexandre Fassi, secrétaire général de Cap Au Nord Entreprendre. L'occasion également de dresser un bilan de l'année écoulée.

Ouvrir ses portes

En 2018, l'un des axes de développement a été de créer un pont entre les chefs d'entreprise et les jeunes du territoire. "Quand on adhère à notre association il s'agit d'être acteur, de faire bouger les choses et donc de sortir de sa zone de confort”, annonce très clairement Christian Cortambert, son président.

Parmi les actions réalisées, il cite la visite du port et la découverte des métiers de la réparation navale, la présentation de son activité lors de forums organisés par les établissements scolaires de la zone Nord, l'embauche de stagiaires etc. "La jeunesse du territoire Nord est une chance pour nos entreprises. Nos membres recherchent des compétences, les jeunes veulent un emploi", ajoute Alexandre Fassi.

Plus de mobilité

La mobilité fait également partie des priorités de l'association. "Nous ne voulons pas d'une frontière avec Euroméditerranée, bien au contraire. Nous avons besoin de transformations urbaines, d'actions fortes pour être mieux reliés à la ville", lance Christian Cortambert. Pour le moment force est de constater que la zone reste mal desservie et que le dernier kilomètre ne rassure toujours pas les utilisateurs des transports en commun. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : "90% de nos salariés se rendent seuls et en voiture sur leur lieu de travail”, précise-t-il.

Loin de baisser les bras, l'association met en place des solutions. Dernier exemple en date : depuis le 25 avril, elle propose le « Taco 2.0 », une micro navette dédiée aux salariés, qui relie le métro aux entreprises adhérentes. A noter également que l'association vient de réaliser un schéma directeur des pistes cyclables du territoire. Et attend un retour de la Métropole.

* Le Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée se déroulera les 23 et 24 juin à Marseille.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?