AccueilEconomieBouches-du-Rhône : Une reprise économique toujours au conditionnel

Bouches-du-Rhône : Une reprise économique toujours au conditionnel

Au petit jeu des spéculations, le tissu des dirigeants du département joue la carte du « si »...
Bouches-du-Rhône : Une reprise économique toujours au conditionnel
CCIMP/F. Jonniaux - Le Palais de la Bourse à Marseille

Economie Publié le ,

« Allons-nous embaucher en 2015 ? », interroge MauriceWolff, vice-président de l'UPE 13, « si la croissance atteint 1,5 point », contre le 1% escompté officiellement par le gouvernement. « Allons-nous investir ? Si le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi est utilisé pleinement. »

Bref, pas de quoi se réjouir, et si cette année « pourrait marquer le retour de la croissance, pour l'heure, les chefs d'entreprise du département n'anticipent aucune amélioration de leur activité ».

En présentant leur nouveau tableau de bord trimestriel de la compétitivité métropolitaine, la CCI Marseille Provence et l'UPE 13 ont voulu mettre l'accent sur le développement du tourisme d'affaires. Pour acter l'effet métropole, étaient entre autres réunis autour de la table Pascale Bigo, responsable du développement des congrès de l'office de tourisme de Marseille, et son homologue aixois, Nicolas Bodin.

Tableau de bord de la compétitivité métropolitaine :

« Travailler ensemble pour le territoire »

D'une même voix, ils ont réaffirmé leur « volonté de travailler ensemble pour le territoire », un parti pris qui tranchait quelque peu avec la voix de la Safim, via Catherine Casadeï, sa directrice, plutôt mécontente de voir arriver sur le terrain de l'incentive des concurrents tels que le stade Vélodrome ou le Palais omnisports Marseille Grand Est. Pour autant, tous étaient d'accord sur le fait que l'année écoulée « postMP 2013 » a été excellente pour le BtoB, la métropole ayant capté un grand nombre d'événements professionnels. Mais comme le soulignait justement NicolasBodin, les contrats d'aujourd'hui se sont négociés pour certains dix ans en arrière ! « Nous travaillons donc en 2015 pour les grands rendez-vous de 2020/2025. »

Quoiqu'il en soit, tous se sont retrouvés sur le fait qu'il fallait « réfléchir à une marque commune, peut-être oublier les mots Marseille et Aix, car c'est bien la Provence qui est identifiée à travers le monde et fait rêver les gens ». Une chose est sûre : le marché du tourisme d'affaires se calque de plus en plus sur celui du loisirs, avec des timing de plus en plus serrés, à l'image de ses budgets... « Faire plus avec moins » semble être la devise du moment...

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?