AccueilEconomieBouc-Bel-Air : la cimenterie Lafarge de La Malle vise la neutralité carbone

Bouc-Bel-Air : la cimenterie Lafarge de La Malle vise la neutralité carbone

La cimenterie Lafarge a inauguré son nouvel équipement de filtration dernière génération. Un investissement de quelque 5 M€ qui contribuera à la réduction des émissions de poussières.
Bouc-Bel-Air : la cimenterie Lafarge de La Malle vise la neutralité carbone
M. Debette - Le nouveau système de filtration d’une hauteur de 25 mètres.

Economie Publié le ,

Poussée par l'accord de Paris, l’usine Lafarge La Malle de Bouc-Bel-Air, s’est engagée dans un plan de modernisation destiné à atteindre la neutralité carbone à horizon 2050. 10 M€ ont été investis ces deux dernières années pour améliorer l’empreinte environnementale des installations de la cimenterie provençale et 6,25 M€ supplémentaires pour la transition écologique de l’appareil productif, dont plus de 5 M€ pour le changement du filtre à manches qui vient d’être installé.

Les deux principaux objectifs de ce nouveau système de filtration dernière génération concernent la réduction des émissions de poussières en allant au-delà des prescriptions européennes fixées à 20 mg/m3, ainsi que la baisse des rejets de dioxyde de soufre (S02) afin qu’ils restent inférieurs à la limite fixée par l’Union européenne (400 mg/m3). En effet, ces derniers peuvent, sous certaines conditions, entraîner de mauvaises odeurs à proximité de l’usine et ont déjà provoqué des problèmes aux riverains de quatre communes voisines.

Marseille : le siège de la Dreal va carburer à l’eau de mer

Commandé en avril 2021 à la société européenne Boldrocchi, ce nouvel équipement couplé à un plan d’action complémentaire sur les combustibles, doit permettre à la cimenterie, en lien avec la Dreal Paca, l’exploitation sans dérogation préfectorale du S02 d’ici juin 2023.

Une feuille de route environnementale au niveau national...

L'inauguration de ce nouveau filtre a été l’occasion pour Christophe Riout, directeur général délégué des opérations ciment de Lafarge France, de présenter sa feuille de route environnementale. « Nous étions à des niveaux de plus de 700 kg de carbone par tonne de ciment produit. Nous avons terminé l’année 2021 aux alentours de 550 kg. En 2022, notre objectif est de 531 kg. Et notre ambition plus lointaine est d’atteindre 440 kg, c’est-à-dire moins de 500 kg. En 2050 ou plus tard, peut-être serons-nous capables de capter la totalité des émissions à la sortie de notre process et être à zéro kilo. »

Il a également précisé la volonté de capter le CO2 et de le réutiliser. Autre point abordé, celui de la réutilisation de dix millions de tonnes de déchets de chantiers de démolition à horizon 2025. « Dans nos usines, nous pourrions remplacer une partie des matériaux source de la carrière par ces déchets recyclés », a précisé le directeur général, soulignant que le béton et le ciment sont des matériaux 100 % recyclables.

... mais également pour la cimenterie de Bouc-Bel-Air

Pascal Baudoin, directeur de la cimenterie Lafarge de La Malle, a mis le focus sur la feuille de route environnementale de La Malle dont la stratégie de développement sur le long terme passe par la modernisation de ses outils industriels afin d’améliorer ses performances environnementales et la substitution des combustibles fossiles par des énergies alternatives, notamment la biomasse. Et aussi par le recours à des modes de transport moins carbonés en remplaçant le gasoil. La cimenterie a mis en œuvre la construction d’une station de gaz naturel comprimé (GNC) qui servira de carburant aux camions de livraison du ciment.

Pascal Baudoin, directeur de la cimenterie Lafarge de Bouc-Bel-Air.
Pascal Baudoin, directeur de la cimenterie Lafarge de Bouc-Bel-Air.

Sans oublier le développement de nouveaux ciments bas carbone comportant moins de clinker tout en restant leader sur le marché. « Le premier virage a commencé en 2019 avec une baisse de 95 % de l’utilisation de calcaire afin d’abaisser le taux de carbone. Nous étions vraiment leaders dans cette démarche, notamment avec des essais sur l’argile. Cette année, 750 000 tonnes de ciment bas carbone seront produites. Ce qui permettra une réduction de CO2 de 35 % à 65 %, suivant les ciments utilisés, par rapport aux ciments classiques. En cours de développement : de nouveaux ciments bas carbone comportant encore moins de clinker et intégrant de l’argile calciné », a ajouté Pascal Baudoin.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?