AccueilEconomieBioPoolTech nage sur la croissance et l’innovation

BioPoolTech nage sur la croissance et l’innovation

Le spécialiste des piscines en bois connectées ouvre deux nouvelles franchises et veut doubler son réseau en 2022. Il présentera au CES de Las Vegas de nouvelles solutions pour gérer et sécuriser bassins, maisons et jardins.
BioPoolTech nage sur la croissance et l’innovation
D.R. - Le spécialiste des piscines intelligentes et bio continue d’enregistrer de multiples sollicitations, en particulier dans le Sud-Est, le Sud-Ouest et l’Alsace.

Economie Publié le ,

« D’ici fin décembre, nous disposerons de douze franchises en France, grâce à nos ouvertures à Cabourg et Rennes. Nous prévoyons d’en compter 20 d'ici un an car depuis la fin de la 4e vague de la crise sanitaire, la demande s’est encore accélérée », confie Emmanuel Berthod, cofondateur et dirigeant de Biopooltech à Aix-en-Provence. Le spécialiste des piscines intelligentes et bio continue d’enregistrer de multiples sollicitations, en particulier dans trois régions, le Sud-Est, le Sud-Ouest et l’Alsace, même si le soleil s’y montre moins généreux que dans le Midi. « Sur ce territoire proche de l’Allemagne, les habitants sont plus soucieux de solutions écologiques », dit-il.

L’été dernier, la PME de 18 personnes avait pris pied sur l’Ile-de-France. Son expansion se heurte néanmoins à l’explosion du coût de ses matériaux de prédilection, comme le bois.

« Depuis trois ans, nous enregistrions 80 % de progression par an, nous serons à 10 % cette année, ce qui est déjà bien dans le contexte actuel de crise, mais le bois a connu une hausse de 40 %, l’accès au métal s’est compliqué, les délais d’approvisionnement s’allongent… Le rythme des réalisations ne peut pas être aussi soutenu que nous le souhaiterions. »

Le chiffre d’affaires s’élève à 1,4 million d’euros, grâce à plus de 500 clients en France. « Nous sommes devenus n°1 dans le domaine de la piscine bio connectée, avec un taux de satisfaction réel sur les produits. Nous notons aussi l’engouement des propriétaires actuels de piscines pour un équipement plus respectueux de l’environnement puisque 20 % de nos ventes concernent la reconversion d’installations existantes. » L’entreprise envisage de se relancer en 2022 à l’international. Son positionnement sur la Nouvelle-Zélande, à travers un franchisé, n’a pas survécu à la crise sanitaire. « Le démarrage s’était bien déroulé et avait permis de valider le modèle, assure Emmanuel Berthod. Nous projetons des développements en Suisse, en Belgique… Et nous retournons au CES de Las Vegas du 5 au 8 janvier, avec des innovations, pour rencontrer d’éventuels partenaires pour notre déploiement à l’étranger. »

Sécurisation globale et économies d’énergie

Biopooltech ne se limite plus à la piscine et aux systèmes de filtration écologiques et connectés (Biopoolsafe, BioLitho). Elle investit le secteur de la maison intelligente avec des solutions de gestion par l’intelligence artificielle de l’habitation et du jardin. « Il existe une demande de plus en plus importante pour faire de son domicile un espace global sain et protégé à faible impact pour la planète. Nous avons fait en sorte d’y répondre en démultipliant les potentialités de nos technologies », indique Emmanuel Berthod.

Si BioAlarm & Pool reste lié à la piscine en accentuant la sécurisation de ses abords par une alarme connectée et relayée sur smartphone qui fait office de « surveillant de baignade virtuel », apte à détecter toute personne, adulte ou enfant, ou tout animal, qui s’en approche de trop près, BioGarden propose un pilotage automatisé, programmable et gérable à distance, depuis son smartphone, des arrosages et éclairages extérieurs. Selon l’entreprise, cette innovation facilite la gestion au gré des conditions météo et peut engendrer de sensibles économies d’eau et d’électricité. Quant à BioHome, elle prend en charge le contrôle intégral du chauffage de la maison et ajuste les températures à la demande, en présence ou à distance, pour diminuer les dépenses énergétiques. « Nous sommes passés depuis 2016 d’un stade artisanal à un stade industriel, en structurant la société, ses prises et préparations de commandes, son support technique, le contrôle qualité, la logistique… Tout est en place pour son expansion. Le CES peut nous apporter des retombées concrètes. »

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?