AccueilEconomieBasil s’ouvre aux aînés et envisage une nouvelle levée de fonds

Basil s’ouvre aux aînés et envisage une nouvelle levée de fonds

Créée à Marseille par trois amis, la société de livraison de repas en entreprise s’attaque au marché des aînés. L’un de ses co-fondateurs, Güney Degerli, nous en dit plus sur cette évolution et les projets de Basil.
Basil s’ouvre aux aînés et envisage une nouvelle levée de fonds
D.R. - Basil affiche une croissance mensuelle de 15 %.

Economie Publié le ,

Depuis sa création en 2017, Basil, qui compte désormais 40 salariés, a livré 400 000 repas et s’est développé en entreprise hors Aix-en-Provence et Marseille, sur le marché de Toulouse et Montpellier, ainsi que sur la zone de Sophia Antipolis. Bientôt Lyon et Bordeaux auront aussi leur réseau, avant que l’entreprise ne s’attaque l’an prochain au marché national. Mais Basil, depuis quelques mois, ce sont aussi des repas livrés aux personnes dépendantes à domicile.

Si son dirigeant, Güney Degerli, assure s'être intéressé à ce marché depuis 2018, « en raison de nombreuses demandes », cette évolution a vraiment été amorcé avec le confinement. « Le marché des entreprises s’est alors effondré, c’était le bon moment ». Pour donner une idée de l’ampleur du dit marché, Marseille compte environ 70 000 personnes dépendantes à domicile. Si les seniors assurent déjà pour 20 % du chiffre d’affaires de l’entreprise, fin 2022, Güney Degerli vise du 50/50 avec l’activité « bureaux ». D'ailleurs, pour séparer ses deux activités, Basil vient de créer deux marques : « Basil au bureau » et « Basil chez nos aînés ».

Un investissement sociétal affirmé

Dès son lancement, Basil s’est investi dans la solidarité alimentaire en donnant ses invendus à des associations, notamment L’Armée du salut. Soit 24 000 repas depuis sa création. Mais l’entreprise va plus loin en proposant depuis quelques mois à ses clients l’arrondi solidaire (à la décimale supérieure ou plus, selon l’envie de chacun) et offre un repas à une association, tous les dix repas commandés. « Nous sommes également en train de monter le dossier pour devenir une entreprise à mission », nous dit-il. Une nouvelle classification, introduite par la loi Pacte. « Nous voulons que cet engagement solidaire soit écrit dans nos statuts. »

Pour mener à bien le développement de ce second marché et entamer son développement au national, Basil va réaliser une nouvelle levée de fonds à la fin de l’année. « Nous avons besoin de 10 M€ pour mettre en œuvre cette nouvelle étape pour l’entreprise. »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?