AccueilEconomieBarjane relève le défi à Ensuès-la-Redonne

Barjane relève le défi à Ensuès-la-Redonne

A la signature de la charte d’engagements territoriaux, les invités de Barjane ont découvert l’ampleur des transformations menées par le groupe sur le site du parc des Aiguilles. Elles ne sont pas finies sur ce futur parc logistique de 60 hectares.
Le projet a veillé à l’intégration paysagère des bâtiments, comme en témoigne cette vue de l’entrepôt d’Action depuis celui de Decathlon. Le panorama sur l’étang de Berre reste préservé.
J.-C. Barla - Le projet a veillé à l’intégration paysagère des bâtiments, comme en témoigne cette vue de l’entrepôt d’Action depuis celui de Decathlon. Le panorama sur l’étang de Berre reste préservé.

Economie Publié le ,

« Il n’y a pas d’industrie sans logistique et si la France veut réussir sa réindustrialisation, elle doit penser à ces infrastructures destinées à gérer les flux de matières premières, de produits finis des usines. Sans elle, rien ne se passe, tout le monde a pu le mesurer durant la pandémie... Chez Barjane, nous voulons donner la meilleure image possible de la logistique, l’engagement RSE est consubstantiel à notre groupe. Nous détenons une triple certification sur nos métiers et l’Etat nous a décerné le label « site industriel clé en main » pour notre contribution à la revitalisation économique du territoire », affirme Léo Barlatier, cofondateur et codirigeant de Barjane avec sa sœur Julie Barlatier-Prieuret.

Le 16 septembre, tous deux ont organisé sur le site du parc des Aiguilles, à Ensuès-la-Redonne, dont ils portent l’aménagement à bout de bras depuis plus de dix ans, la signature d’une charte d’engagements sur l’emploi, l’environnement et l’ancrage territorial. Près d’une quarantaine d’entreprises (Decathlon, Action, Geodis, Quartus, Antea Group, Avenir Terrassement, Berthouly, Eurovia, Séché, SPM…), de pouvoirs publics (Etat, Région Paca, Métropole Aix-Marseille-Provence, mairies…) et institutions (Ademe, CCIAMP, UPE 13, Afilog, Fédération du BTP 13, Union des Entreprises Transport et Logistique de France…), de financeurs (Bpifrance, Arkea, CIC, Crédit Agricole Alpes Provence) et d’acteurs de l’emploi (Pôle emploi, Missions locales, Act ‘Emploi) ont paraphé le document afin que ce pôle logistique soit exemplaire dans sa réalisation et son exploitation. Et pour que les actes suivent les paroles, une cellule de suivi de ces engagements a d’ores et déjà été prévue ! Barjane n’entend pas en effet voir tous ses efforts pour conduire ce projet s’atténuer…

Ensuès-la-Redonne : début des travaux pour la plateforme logistique du groupe Action

Réhabilitation en profondeur

Pour entamer la construction des entrepôts de Decathlon (38 000 m2) et Action (43 000 m2), premiers « preneurs » sur ce site qui devrait héberger une dizaine d’entreprises à terme, le groupe familial a dû accomplir un travail de titan, après quelque 700 sondages (explorant jusqu’à 10 mètres de profondeur) et 1 200 analyses pour étudier la nature des sols. « Nous avons mené un chantier dans le chantier, jamais nous n’avons été confrontés à un tel niveau de pollution, avec près de 15 000 m3 de déchets de surface dont 8 000 m3 de déchets amiantés, et 40 000 m3 de pollutions enfouies. Nous dépolluons depuis deux ans et nous allons en avoir encore pour très longtemps », confie Léo Barlatier, en se réjouissant de l’appui financier et technique de l’Ademe. Le groupe a également contribué à l’amélioration des accès routiers, au renforcement du réseau du canal de Provence pour la défense incendie et à la progression de l’emploi, à la fois dans le BTP et pour l’exploitation des entrepôts qui devrait générer plus d’un millier de postes.

Enfin, la revitalisation ne sera pas qu’économique : comme sur son parc des Bréguières dans le Var, Barjane coopèrera avec la Ligue de protection des oiseaux et le Conservatoire botanique méditerranéen pour restaurer la biodiversité. « Nous allons planter 700 nouveaux arbres, 8 kilomètres de haies et résensemencer des pelouses à hélianthèmes à partir de la fin de l’année », complète-t-il.

Volonté de voir loin

Au nom de Quartus, chargé de la construction, Jean-Louis Foessel rappelle qu’il a fallu 260 000 m3 de mouvements de terre pour commencer à faire ressembler le site aux ambitions de Barjane. Et même les dépasser, malgré les hausses de coûts de matières premières qui ont impacté l’économie du projet ces derniers mois : « En moyenne, il y a eu 60 personnes sur le chantier, des pointes à 150 parfois. Nous avions promis que 5 % des heures travaillées seraient dédiées à l’insertion dans l’emploi, soit 5 500 heures. A fin juillet, nous étions à 4 900 heures. Mais à la fin du chantier, le 9 novembre prochain, nous devrions atteindre les 7 500 heures ».

Les responsables d’Action et de Decathlon attestent qu’ils ont opté pour le parc des Aiguilles parce qu’il correspondait aux exigences économiques, sociales, énergétiques ou environnementales qu’ils s’imposent pour réussir leur propre transition sur leurs métiers. « Nous nous inscrivons dans le long terme », assurent-ils.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 26 septembre 2022

Journal du26 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?