AccueilEconomieBarbotine : des poteries d'antan, au goût du jour
Artisan

Barbotine : des poteries d'antan, au goût du jour

Les poteries art de la table de cette entreprise aubagnaise réputée sont à la fois fonctionnelles et décoratives. Elles sont réalisées à la main et 100 % made in France.
Barbotine : des poteries d'antan, au goût du jour

Economie Publié le ,

« Barbotine est une entreprise inscrite dans le patrimoine culturel de la ville d'Aubagne. Il faut dire que cette société, qui existe depuis bientôt 40 ans et qui a été labellisée Entreprise du patrimoine vivant, perpétue un savoir-faire ancestral », explique Nadège Arniaud, sa gérante. Barbotine promeut l'art de la table autour de la poterie artisanale. « De la poterie méditerranéenne du XVe au XIXe siècle. Si bien que chaque produit a une histoire. »

C'est le cas notamment du tian. « Idéal autrefois pour transporter le linge au lavoir, le tian a été l'apanage des lavandières provençales, mais cet ustensile pouvait servir aussi bien pour se laver les pieds, faire la vaisselle, trier les légumes ou donner le bain au bébé, précise la fiche technique de ce produit. Ce tian permet aujourd'hui de préparer et servir un taboulé, une salade niçoise, une sangria, un punch… »

Exporter le made in France

Depuis juillet 2018, Nadège Arniaud a repris l'entreprise, créée en 1980 par Philippe Beltrando. Après une reconversion professionnelle, cette experte de l'export qui parle plusieurs langues « entend promouvoir ce savoir-faire français à l'international. Il est important de se remettre en question pour perpétuer un art, son œuvre. »

Barbotine, c'est donc un atelier-boutique dans Aubagne où les produits peuvent être achetés. C'est aussi un réseau de revendeurs, à travers le monde, et un site Internet marchand pour exporter les poteries made in France. La marque est également visible lors des salons Maison & Objet à Paris et Argilla à Aubagne. Enfin, les lieux accueillent des personnes à mobilité réduite et des résidents de maisons de retraite. « Etre artisan, c'est aimer les liens sociaux. Je n'ai pas repris cet atelier-boutique pour m'enrichir financièrement, mais pour m'enrichir des autres et des rencontres. »

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?