Fermer la publicité

Avec une levée de fonds de 778 500 euros, un nouvel horizon s'offre à Smart Sailors

le - - Economie

Avec une levée de fonds de 778 500 euros, un nouvel horizon s'offre à Smart Sailors
M. Debette - La start-up marseillaise Smart Sailors s'ouvre à de nouveaux horizons.

Avec cette levée de fonds, Smart Sailors compte accélérer son développement et exporter sa solution de gestion de la maintenance des navires dans le monde maritime.

Smart Sailors a le vent en poupe. La start-up marseillaise fondée en janvier 2017 par Tangi Capitaine, officier de marine marchande et commandant de navire, et Guireg Capitaine, ingénieur informatique, vient de lever 778 500 €. Un tour de table souscrit par Région Sud Investissement, CMA CGM, Alumni Business Angels et Provence Business Angels. Ces fonds seront utilisés pour recruter un business developer et des développeurs IT ainsi que pour accélérer la partie marketing et communication. « Nous avons un produit adapté au marché et nous voulons exporter ce modèle partout dans le monde maritime », explique Tangi Capitaine, le président de Smart Sailors, qui misait sur 500 000 €.

Les produits et services développés par Smart Sailors permettent à l'armateur et aux marins de suivre leurs navires et d'améliorer leur disponibilité opérationnelle. La start-up marseillaise dit se différencier de ses concurrents par ses technologies et ses outils hébergés sur le cloud et utilisables sur ordinateur et mobile, « ce qui permet de déployer un nouveau client en quelques jours, là où ceux vendant de l'informatique « en dur » mettent plusieurs mois », indique-t-il.

A la conquête du monde

« En France, nous avons trois concurrents que nous avons dépassé en trois ans d'existence. Notre objectif est mondial, avec des concurrents bien installés sur le secteur maritime, mais dont le positionnement est plus orienté vers les grandes entreprises », précise Tangi Capitaine.

Smart Sailors vise l'ensemble des compagnies maritimes, de tous secteurs (yachting, pêche, passagers, marchandises, portuaires, offshore pétrolier, voilier d'expéditions, etc.), dans le monde entier, et de petite à moyenne taille (avec un chiffre d'affaires inférieur à 50 M€). Ce qui représente plus de 50 000 clients potentiels en Europe et Amérique du Nord, possédant plus de 200 000 bateaux. Développer des partenariats forts avec le secteur maritime (fournisseurs, chantiers navals, gouvernements, etc.) ajouterait de la valeur, tant dans la transformation de leurs logiciels en plateforme de données que dans l'accès à de nouveaux marchés.




Martine Debette
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer