AccueilEconomieAvec Elektropostal, il y a de l’électricité dans l’air !

Avec Elektropostal, il y a de l’électricité dans l’air !

Hervé Bérardi, président d’Elektropostal, s’est fixé trois objectifs : voler en aviation électrique, travailler sur l’origine de l’électricité qu’est le solaire et recycler les batteries.
Avec Elektropostal, il y a de l’électricité dans l’air !
D.R. - La centrale de recharge Tysilio.

Economie Publié le ,

En ce mois de juin, Elektropostal accueille, à l’aérodrome d’Aix-Les Milles, deux avions électriques, fournis par Green Aerolease (implantée à Brest) et alimentés par une station solaire élaborée par la société Tysilio. Pour pallier les jours sans soleil ou les pics de consommation, l’association, qui est en cours d’évolution vers le statut de SAS, travaille sur le recyclage des batteries. « Lorsqu’elles ne sont plus utilisables dans les véhicules, les batteries conservent 70 % de leur potentiel. Nous avons la capacité, avec la centrale solaire Tysilio, de les utiliser pour stocker l’énergie et de la diffuser pour nos avions », indique Hervé Bérardi, président d'Elektropostal, précisant que l’investissement de départ peut être rentabilisé sur douze ou dix-huit mois.

Spécialisée dans les centrales solaires en autoconsommation, l’entreprise aixoise Tysilio, dirigée par Jean Pellet, fournit la solution photovoltaïque pour la recharge des avions d'Elektropostal. Le conteneur solaire de Tysilio fournit une énergie propre et renouvelable permettant de réduire le recours au réseau électrique public. Selon les configurations, la centrale peut produire jusqu’à 39 000 kWh par an, soit plus de 1 750 recharges complètes d’avion, ce qui représente près de 175 000 heures de vol. 

La promotion de l’aviation propre

Quel est l’objectif d’Elektropostal ? « C’est la promotion de l’énergie électrique qui n’émet pas de CO2, plus d’énergie carbonée. Nous sommes dans une transition qui va nous amener vers l’hydrogène. Il s'agit de la solution à court terme pour transporter les passagers et, surtout, elle n’est pas bruyante, donc réduit les nuisances sonores dont souffrent les riverains des aérodromes », répond Hervé Bérardi qui, l’an dernier, a organisé un raid entre Lausanne (Suisse) et Aix-en-Provence, avec deux avions certifiés, alimentés à partir de l’énergie solaire, sans une goutte de carburant. Une première mondiale.

Ce mois-ci, il innovera en poursuivant cette route, avec un avion totalement électrique et certifié, vers Casablanca, à l’image des pionniers de l’aéropostale il y a cent ans.

Pour faire voler ces avions, Hervé Bérardi souhaite intégrer l’aviation électrique dans le cursus de formation initiale des pilotes de ligne, dans son école des Milles.

Autre objectif : faire découvrir l’aviation électrique aux jeunes en leur offrant un vol. Pour cela, il recherche des partenaires financiers, des donateurs, « pour permettre à cette jeunesse de rêver à l’aviation. L’aviation est un liant. Lorsqu’elle est née après la première guerre mondiale, elle a permis de relier les hommes, les continents. Certes, elle est très attaquée, mais penser que le monde de demain vivra sans aviation, c’est juste une utopie », souligne le président de l’Elektropostal, également pilote de ligne.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?